Les Berlusconi coupent les vivres à Karima « Rubygate » El Mahrough

3 novembre 2023 - 17h30 - Monde - Ecrit par : S.A

Quelques mois après le décès de l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi, accusé en 2010 de prostitution de mineure, d’abus de pouvoir et de corruption de témoin en la personne de la mineure marocaine Karima El Mahrough, surnommée « Ruby Rubacuori », l’affaire baptisée « Rubygate » refait surface.

Même après sa mort, Silvio Berlusconi fait parler de lui. Ses enfants ont décidé de couper les vivre aux 20 jeunes femmes qui participaient aux soirées dénommées « Bunga Bunga », que leur père organisait dans sa villa d’Arcore (près de Milan). L’allocation mensuelle de 2 500 euros que l’ancien président du Conseil italien accordait à ces femmes afin de « les indemniser pour le préjudice subi à son image à la suite des enquêtes » concernant sa possible relation avec la mineure marocaine Karima El Mahrough, surnommée « Ruby Rubacuori », va être donc suspendue, rapporte le journal Corriere della Sera. En 2013, Berlusconi avait reconnu, lors d’une des audiences des procès où il était jugé pour subornation présumée de témoins dans l’affaire Ruby, qu’il versait 2 500 euros par mois à chacune pour les dîners et les soirées « Bunga Bunga ».

À lire :Rubygate : fin du feuilleton judiciaire avec la mort de Silvio Berlusconi

Outre l’annulation de l’allocation mensuelle, les héritiers de l’homme d’affaires italien ont décidé d’expulser les 20 femmes des appartements qu’elles occupaient gratuitement. Dans ce sens, ils ont mandaté une agence immobilière qui leur ont envoyé une correspondance pour leur annoncer la « résiliation pour cause de décès » – survenu en juin – du contrat d’occupation gratuite des appartements de la rue Olgettina, à Segrate (Milan), où vivent plusieurs d’entre elles qui assistaient aux soirées, appelées « Bunga Bunga ». Les intéressées ont jusqu’à fin décembre pour libérer les appartements. Certaines d’entre elles ont déjà quitté les appartements.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Corruption - Karima El Mahroug

Aller plus loin

Affaire Karima « Ruby » el Mahroug : Silvio Berlusconi se tire complètement d’affaires

Un troisième acquittement pour l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi dans la saga judiciaire en lien avec la Marocaine Karima el Mahroug alias « Ruby ». Il...

Fin des déboires judicaires de Silvio Berlusconi en lien avec la Marocaine Karima El Mahroug

La saga judiciaire de l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi en lien avec la danseuse marocaine Karima el Mahroug alias « Ruby » est achevée. Jugé pour...

Rubygate : fin du feuilleton judiciaire avec la mort de Silvio Berlusconi

Accusé en 2010 de prostitution de mineure, d’abus de pouvoir et de corruption de témoin en la personne de Karima « Ruby » El Mahroug, une Marocaine âgée de 17 ans au moment des...

Berlusconi a acheté le silence de Karima - Ruby - El Marhroug pour 5 millions d’euros

La Marocaine Karima El Marhroug, alias Ruby, a été payée 5 millions d’euros par l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi pour acheter son silence.

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.