Al hoceima : 25 personnes condamnées à 18 mois de prison ferme chacun

15 juin 2017 - 10h45 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le verdict est tombé hier. Vingt-cinq personnes interpellées lors des récentes manifestations qui se sont déroulées à Al Hoceima, ont été condamnées à de la prison ferme.

« Le verdict est tombé cette fin d’après-midi, vingt-cinq d’entre eux ont été condamnés à 18 mois de prison ferme », a déclaré l’avocat Mohamed Ziane à l’AFP, ajoutant que sept autres ont été condamnés à de la prison avec sursis ainsi que des amendes.

Pour l’avocat, ce verdict pourrait durcir les positions des contestataires. « Cette triste décision est de nature à alimenter encore un peu plus la contestation, ce n’est pas du tout la bonne voie pour sortir de la situation », a-t-il déploré, estimant que c’est « un refus patent de tout dialogue avec les contestataires ».

En tout, une centaine de personnes ont été arrêtées par les forces de police depuis le 26 mai, date à laquelle les autorités ont décidé de sévir contre les manifestants. Malgré ce durcissement, les manifestations continuent à Al Hoceima et dans la commune voisine d’Imzouren. Généralement, cela se passe dans le calme, mais parfois des échauffourées éclatent, notamment avec des jeunes mineurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Al Hoceima - Mohamed Ziane - Hirak - Manifestations à Al hoceima

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.