ALE Maroc-USA : Le Maroc en retard

18 août 2005 - 15h09 - Ecrit par :

Calendes grecques. L’accord de libre-échange conclu entre le Maroc et les Etats-Unis (qui devait, après moultes pérégrinations, entrer en vigueur le 1er juillet 2005) prend encore du retard. Il est reporté au 1er janvier 2006, si tout va bien. Comprenez, si l’harmonisation législative au Maroc se fait dans les temps.

C’est-à-dire à la prochaine rentrée parlementaire parce que pour celle-là, le timing est trop short (trop court). Et le retard incombe au Maroc. Le plus gros obstacle à l’aboutissement de cet ALE est que le Royaume n’a pas encore adopté toutes les lois qui lui permettraient de se mettre en conformité avec les engagements pris lors de la conclusion de l’accord en mars 2004. Surtout au niveau de la propriété intellectuelle et de la santé.
Si le passage de l’accord en Conseil des ministres a pris beaucoup de temps , espérons que la suite du processus de ratification (les deux chambres) n’en consomme pas autant. De son côté, le gouvernement marocain assure que si retard il y a, il n’est pas dû à un blocage. Selon un responsable proche du dossier, « c’est la complexité de l’accord qui est « chronovore ». En fait, au fur et à mesure, la partie marocaine a découvert les méandres de l’ALE. Un préalable à son entrée en vigueur, la formation des administrations concernées, notamment la Douane.
Les règles d’origine, ou encore le système du premier venu, premier servi (il n’y a pas de répartition des contingents comme dans l’accord d’association avec l’Union européenne) ne sont pas encore totalement maîtrisés. Il faut que les troupes marocaines soient rompues aux systèmes américains, et qu’une communication musclée destinée aux industriels soit mise en place. C’est la voix officielle.
De leur côté, les industriels ne peuvent s’empêcher de penser que le gouvernement marocain a été trop confiant, pensant que les Etats-Unis se contenteraient uniquement d’engagements formels. Eh bien, non. Les Américains ne l’entendent pas de cette oreille, ils veulent du concret. Pour que l’accord soit entériné, le président des Etats-Unis doit attester au Congrès que le Maroc est en parfaite conformité vis-à-vis de ses obligations. Totalement, tel que prévu par l’accord.
Impatience au niveau des industriels américains. Surtout que l’accord de libre-échange conclu avec l’Australie leur a filé sous le nez. Ils comptaient mordicus se rabattre sur celui passé avec le Royaume. Patience, patience. Sachant que les accords ne pourront être opérationnels qu’à partir du 1er jour du 3e mois après ratification par le Parlement, industriels marocains et américains ne peuvent rien d’autre que compter les jours qui passent. Sauf que les Marocains, qui tablaient sur les avantages et opportunités offerts par cet accord, ratent une occasion de diversifier leurs débouchés dans un marché mondial en proie à la tourmente asiatique.

Radia Lahlou - L’Economiste

Tags : Coopération - États-Unis - Accord de libre échange

Nous vous recommandons

Des révélations sur le rapprochement Maroc-Israël

Ram Ben Barak, ex-n°2 du Mossad, également président de la Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset a fait des révélations sur la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël en marge de la visite historique du...

Le Maroc va acquérir quatre avions G550

Le Maroc va acquérir quatre avions G550 de guerre électronique et de reconnaissance de type ISR suite à un accord avec le constructeur américain d’avions privés, Gulfstream Aerospace en 2019.

Aïd Al-Adha : l’arrivée massive des MRE devrait faire grimper les prix

Pour fêter l’Aïd Al-Adha, les Marocains devront faire face à une hausse du prix des bêtes destinées au sacrifice. Plusieurs raisons expliquent cette situation, dont l’arrivée massive des MRE cette année.

Le dirham prend de la valeur par rapport à l’Euro

Le dirham a gagné 0,21 % face à l’euro et s’est déprécié de 0,67 % vis-à-vis au dollar américain durant la semaine du 18 au 24 novembre, selon les données publiées par Bank Al-Maghrib (BAM).

Akhannouch fait un cadeau aux Marocains

En cette fin d’année, le gouvernement d’Aziz Akhannouch fait un cadeau à une bonne frange de la population. En tout, près de 11 millions de Marocains pourront bénéficier de l’assurance maladie obligatoire (AMO) dès janvier...

Alstom investit 100 millions de dirhams à Fès

Déjà installée à Fès, la société Alstom a annoncé de nouveaux investissements, avec la création d’une nouvelle ligne de production, qui sera opérationnelle début 2023.

KFC va ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc

Après l’ouverture de trois restaurants l’année dernière, la chaine de restauration KFC a annoncé l’ouverture, cette année, de dix nouvelles succursales, ceci, pour concrétiser sa ligne d’expansion dans le...

Flambée du prix des billets d’avion entre la France et Marrakech

Pour cet été 2022, les prix des billets d’avion entre la France et Marrakech (Maroc), l’une des 20 destinations les plus prisées des Français, connaissent une flambée.

L’aéroport d’Agadir, un hub pour les avions russes

Suite à l’avalanche de sanctions économiques, notamment la fermeture de plusieurs espaces aériens, l’aéroport d’Agadir est devenu un hub pour la Russie qui rapatrie ses ressortissants depuis les Caraïbes et le...

Une équipe de l’émission Salvados expulsée du Maroc

L’équipe de l’émission Salvados qui préparait un reportage sur les 28 victimes de l’inondation survenue en février dernier dans un atelier de textile illégal à Tanger, a été expulsée lundi du Maroc par la police pour défaut d’autorisations. Le journaliste...