Algérie ou Maroc ? La Tunisie doute

19 août 2023 - 21h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Alors que les relations entre Tunis et Rabat ne sont toujours pas au beau fixe, la Tunisie préfère l’Algérie au Maroc. Chose que regrette Elyes Kasri, analyste politique et ancien ambassadeur, qui appelle les autorités tunisiennes à revoir leurs relations avec leurs voisins maghrébins mais aussi à procéder à « un rééquilibrage susceptible de lui donner une plus grande marge de manœuvre et de préserver nos intérêts et notre souveraineté. »

« En l’absence d’une communication officielle transparente et crédible, les interprétations des raisons et de la teneur de la visite en Algérie du ministre tunisien des Affaires étrangères apparemment pour s’expliquer, selon des personnes censées être mieux informées que d’autres, sur la suspicion que nourrissent certains cercles algériens d’une tentation tunisienne de normaliser les relations avec le voisin marocain et l’État d’Israël, est d’une gravité qui mérite qu’on s’y arrête pour en mesurer la signification et la portée », a dénoncé Elyes Kasri dans une tribune publiée par le site Kapitalis. Mercredi, le chef de la diplomatie tunisienne Nabil Ammar a été reçu par le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

À lire : Moncef Marzouki tient l’Algérie pour responsable de la dégradation des relations maroco-tunisiennes

Cette convocation n’est pas du goût de l’ancien ambassadeur qui l’interprète comme « un procès d’intention doublé du sentiment de détenir un droit de regard sur la politique étrangère de la Tunisie dont on commence à zapper inconsciemment l’indépendance et la souveraineté pour la considérer comme le disent certains impertinents de 59ᵉ wilaya algérienne. » « Si la diplomatie tunisienne a commis de nombreux impairs et erreurs d’appréciation au cours des dernières années, le tilt trop poussé en direction de l’Algérie et les relations inégales avec ce voisin semblent se ranger au sommet des erreurs diplomatiques pour présenter les attributs d’une faute, pour ne pas dire autre chose, envers la souveraineté nationale », analyse Elyes Kasri.

À lire :Comment l’Algérie a vassalisé la Tunisie

L’ancien ambassadeur de la Tunisie à Séoul, New Delhi, Tokyo et Berlin, se montre par ailleurs favorable à la normalisation des relations entre son pays et le Maroc. « Quels que soient les griefs que certains reprochent au Maroc, il ne faut pas oublier le passé et son rôle salutaire lorsque des terroristes en provenance de Libye via l’Algérie ont attaqué Gafsa en janvier 1980, ni l’avantage stratégique que nous confèrerait un rétablissement des relations de coopération et de confiance avec ce pays frère avec lequel nous avons de nombreuses affinités même si elles peuvent être chahutées des fois par une compétitivité qui peut être considérée débordante et parfois excessive. », a-t-il rappelé.

À lire :« Le roi Mohammed VI a toujours demandé d’aider la Tunisie »

Et de conclure : « Il est grand temps de revoir les choix diplomatiques et stratégiques des dernières années, car ils nous mènent vers l’isolement et l’impasse et font de la Tunisie un fruit mûr pour toute tentation de domination extérieure en lui imposant des choix qui vont à l’encontre de ses moyens et de ses intérêts. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Diplomatie - Tunisie

Aller plus loin

Le début d’un possible dégel des relations entre le Maroc et la Tunisie ?

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et son homologue tunisien Othman Jerandi se sont rencontrés...

Moncef Marzouki tient l’Algérie pour responsable de la dégradation des relations maroco-tunisiennes

Depuis l’accueil par le président Kaïs Saïed du chef du Polisario Brahim Ghali à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) à Tunis, les...

La Tunisie provoque encore le Maroc

La Tunisie provoque une fois de plus le Maroc en invitant le Polisario à l’exposition internationale pour les industries artisanales et les métiers en Tunisie, qui se déroule du...

« Le roi Mohammed VI a toujours demandé d’aider la Tunisie »

Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement et secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) confie que le roi Mohammed VI lui a toujours demandé d’aider la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.