« L’Algérie perçoit le Maroc comme un potentiel ennemi »

4 septembre 2021 - 16h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Luis Martinez, chercheur et spécialiste du Maghreb, par ailleurs directeur de recherche au CERI-Sciences Po affirme que « l’Algérie ne perçoit plus le Maroc comme un rival, mais comme un potentiel ennemi » et que la décision d’Alger de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat « n’est qu’un nouvel épisode d’un interminable bras de fer ».

« La rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, annoncée le 24 août, intervient dans un contexte de vulnérabilité du régime algérien qui ne cesse depuis les “révoltes arabes” de 2011 de dénoncer des complots contre l’Algérie. Les événements majeurs de la décennie dans les pays limitrophes — le changement du régime de Ben Ali en Tunisie, le renversement de Kadhafi en Libye, la déclaration d’indépendance de l’Azawad au Mali, en 2012, et l’intervention Serval, les attaques des djihadistes contre le site gazier d’In Amenas dans le Sud en janvier 2013 — sont interprétés comme autant de preuves d’une volonté de déstabilisation du pays », commente le spécialiste du Maghreb dans une tribune publiée par Le Monde.

À lire : Rupture avec le Maroc : l’Algérie "veut montrer qu’elle est de retour sur la scène internationale"

Évoquant les raisons qui ont poussé Alger à rompre ses relations avec Rabat, Luis Martinez affirme que « les autorités algériennes ne perçoivent plus le Maroc comme un rival mais comme un potentiel ennemi, aspirant à déstabiliser un régime déjà affaibli par une économie mise à mal par la chute du prix du baril de pétrole en 2014, et par une situation politique dans l’impasse depuis l’émergence du Hirak, en février 2019, mouvement pacifique qui revendique une transition démocratique. »

À lire : L’Algérie ne supporte pas l’alliance du Maroc avec Israël

« Les tensions algéro-marocaines ont connu un nouveau pic en 1994 quand Rabat, accusant Alger de complicité dans un attentat islamiste à Marrakech, décida d’imposer un visa aux ressortissants algériens », rappelle le directeur de recherche au CERI-Sciences Po, ajoutant que le régime algérien avait ordonné en réaction la fermeture de la frontière, bloquant ainsi les exportations des produits marocains vers l’Algérie. Aussi, a-t-il rappelé que le Maroc a réintégré l’Union africaine en 2017 après l’avoir quittée en 1984. « Et depuis, le royaume chérifien déploie un activisme diplomatique en Afrique qui exaspère l’Algérie, note-t-il. Ce d’autant plus que l’administration Trump a publiquement conforté la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental ».

À lire : Algérie : les raisons de la rupture des relations avec le Maroc

Selon le spécialiste du Maghreb, ce conflit oublié du Sahara reste la matrice des crises récurrentes entre Rabat et Alger. « Il a paralysé tous les projets d’une intégration régionale. Voisins, l’Algérie et le Maroc ne sont pas parvenus, après un demi-siècle, à surmonter les différends qui les opposent. […] Cette rivalité dangereuse et destructrice sur le plan économique a fait le malheur de la jeunesse de ces deux pays, qui ne manque pas chaque fois que les occasions se présentent, de migrer vers l’Europe, déplore-t-il. Cette nouvelle rupture des relations diplomatiques imposée par Alger n’est qu’un nouvel épisode d’un interminable bras de fer ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Diplomatie - Rabat - Alger - Maghreb

Aller plus loin

L’Algérie tient le Maroc pour responsable de la détérioration de ses relations avec la France

Réagissant à l’exfiltration par les services français de la militante et journaliste franco-algérienne Amira Bouraoui, objet d’une interdiction de quitter le territoire algérien...

L’armée algérienne met en garde le Maroc

Le Maroc est toujours dans le viseur de l’Algérie. Son armée a adressé une mise en garde à Rabat qui se serait lancé « dans une guerre déclarée contre » Alger.

L’Algérie a expulsé des Marocains

L’Algérie a expulsé mardi 28 septembre 2021 une quarantaine de Marocains vers le Maroc à travers la frontière terrestre entre les deux pays voisins, ouverte exceptionnellement....

L’Algérie voit la menace de l’ennemi extérieur marocain partout

Jeune Afrique a consacré un article aux récentes accusations que l’Algérie a portées contre le Maroc mais aussi la banque mondiale, après la mise en ligne du dernier rapport de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.