La crise avec le Maroc à l’origine d’une rencontre manquée entre Lamamra et Blinken ?

28 septembre 2021 - 21h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Alors que le secrétaire d’État, Antony Blinken a rencontré ses homologues iranien, français et russe lors de la 76ᵉ session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, aucune rencontre n’a eu lieu avec le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra. Le chef de la diplomatie américaine aurait-il boudé son homologue algérien  ?

Les raisons qui sous-tendent la non-organisation d’une rencontre entre le ministre algérien des Affaires étrangères et son homologue américain à New York sont désormais connues. Les relations entre les États-Unis et l’Algérie se sont refroidies à cause des tensions entre Alger et Rabat. Selon des sources bien introduites au sein du sérail algérien, avant l’annonce de la rupture des relations diplomatiques avec son voisin de l’Ouest, Anthony Blinken s’était entretenu avec Ramtane Lamamra pour lui « demander solennellement de faire preuve de retenue et de calmer les ardeurs hostiles du régime algérien à l’encontre du Maroc », rapporte Algérie Part. Aussi, avait-il insisté sur la nécessité d’identifier des voies de dialogue pour instaurer la sérénité dans les relations de bon voisinage entre les deux pays.

À lire : Antonio Guterres appelle le Maroc et l’Algérie à un dialogue positif

Par la suite, le chef de la diplomatie américaine a constaté que Alger a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat le 24 août et a fermé son espace aérien aux aéronefs civils et militaires marocains et immatriculés au Maroc, le 22 septembre, foulant ainsi aux pieds ses suggestions et propositions. De plus, l’Algérie n’est pas près de revenir à de meilleurs sentiments. Selon Amar Belani, envoyé spécial chargé de la question du Sahara, son pays pourrait prendre de nouvelles mesures contre le Maroc. En réaction à cette escalade, Washington a pris ses distances avec Alger.

À lire : Tensions Algérie-Maroc : réactions de l’Arabie saoudite et des États-Unis

Dans cette ambiance délétère, « la partie algérienne s’est abstenue de proposer aux autorités américaines l’organisation d’une entrevue officielle à New York parce que la diplomatie algérienne savait pertinemment que le Secrétaire d’État américain allait certainement opposer une fin de non-recevoir », confient les mêmes sources. Selon elles, Ramtane Lamamra s’évite tout simplement un « refus humiliant ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Algérie - ONU - Diplomatie

Aller plus loin

« L’Algérie perçoit le Maroc comme un potentiel ennemi »

Luis Martinez, chercheur et spécialiste du Maghreb, par ailleurs directeur de recherche au CERI-Sciences Po affirme que « l’Algérie ne perçoit plus le Maroc comme un rival, mais...

Les États-Unis et l’Algérie échangent sur le Sahara

En marge de la 76ᵉ assemblée générale de l’ONU qui se tient depuis lundi, à New-York, l’Algérie et les États-Unis ont évoqué la question du Sahara.

Antonio Guterres appelle le Maroc et l’Algérie à un dialogue positif

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a réagi à la fermeture par l’Algérie de son espace aérien au Maroc. Il appelle les deux pays à engager un dialogue positif pour...

Tensions Algérie-Maroc : réactions de l’Arabie saoudite et des États-Unis

La décision de l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc continue de susciter des réactions. Après la Ligue arabe, la France, Israël, c’est au tour de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.