L’Algérie veut renforcer la sécurité au niveau de ses frontières

31 août 2021 - 18h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Quelques jours après la rupture de ses relations avec le Maroc, l’Algérie entend dynamiser sa diplomatie. Dans ce sens, le gouvernement a adopté en conseil des ministres lundi dernier un plan d’action axé notamment sur le renforcement de la sécurité et de la défense nationales et la réalisation d’une politique étrangère « active et proactive ».

Avec ce plan d’action, le gouvernement algérien entend poursuivre la modernisation de l’Armée nationale populaire (ANP) et du développement de ses capacités » et « le renforcement des efforts visant à sécuriser les frontières nationales et à combattre les résidus du terrorisme et du crime organisé transfrontalier », rapporte l’APS. Ce plan est également axé sur « la contribution de l’Armée nationale populaire au développement économique et au renforcement des moyens et capacités de cyberdéfense pour la sécurisation des systèmes informatiques de toutes les institutions et organes étatiques ».

À lire :L’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc

La réalisation d’une politique étrangère « active et proactive » est également consignée dans le plan d’action. Il sera question d’« une actualisation des objectifs et missions de la diplomatie algérienne à la lumière des valeurs et principes constants de la politique étrangère », tout « en continuant à défendre la souveraineté des États et à soutenir les causes justes et légitimes », est-il précisé.

À lire : Algérie : les raisons de la rupture des relations avec le Maroc

L’adoption de ce plan d’action intervient au lendemain de la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc. Alger reproche à Rabat le soutien d’Omar Hilale, représentant permanent du royaume auprès des Nations Unies, au « vaillant peuple kabyle », les déclarations du ministre israélien des Affaires étrangères lors de sa visite historique à Rabat. Yaïr Lapid s’était inquiété « au sujet du rôle joué par » l’Algérie « dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine. »

L’Algérie a aussi reproché au Maroc le soutien qu’il aurait apporté au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et le mouvement Rachad, classés comme » organisations terroristes ». « Le MAK et Rashad ont été retrouvés impliqués dans les incendies qui ont récemment dévasté un certain nombre de provinces, le meurtre du jeune Jamal Ben Ismaël », affirmait le chef de la diplomate algérienne.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Diplomatie

Aller plus loin

L’Algérie en perte de vitesse, le Maroc affirme son attractivité

Alors que l’Algérie verse dans des attaques verbales et accusations contre sa sécurité nationale, baigne dans une instabilité politique, rompt ses relations diplomatiques avec...

Rapprochement Maroc-Israël : ce que craignent les généraux algériens ?

L’Algérie a du mal à accepter la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. Cette alliance suscite des craintes à Alger. En voici les raisons.

Algérie : Amar Belani , envoyé spécial pour le "Sahara"

Lors du conseil des ministres du 30 août 2021 présidé par le chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune, plusieurs nominations ont été prononcées au ministère des Affaires...

Algérie : les raisons de la rupture des relations avec le Maroc

L’Algérie a décidé, ce mardi, de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc. Les raisons de cette rupture ont été détaillées par le ministre des Affaires étrangères,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...