L’ambassadrice du Maroc à Madrid pas près de retourner à son poste

20 juillet 2021 - 19h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

L’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, rappelée pour des consultations à Rabat depuis mi-mai, ne retournera pas de si tôt à son poste à Madrid.

« Plusieurs questions doivent être discutées et des éclaircissements apportés sur l’accueil du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, dans un hôpital de Logroño, sous une fausse identité », avant le retour de Benyaich à Madrid, ont indiqué des sources diplomatiques au journal La Razón.

À lire : Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

Cette attitude de l’Espagne qui se considère comme un pays ami du Maroc, a provoqué une crise diplomatique majeure entre les deux pays, à laquelle s’est ajoutée une crise migratoire survenue en mai avec l’arrivée massive de migrants dans la ville de Ceuta.

Selon les mêmes sources, le Maroc, en réaction à l’attitude de l’Espagne, s’apprêterait à revoir l’accord de pêche avec l’Union européenne, qui permet à 92 navires espagnols d’entrer dans les eaux marocaines pour exercer leurs activités de pêche. Le traité expire l’année prochaine, mais commencera à être négocié fin août ou début septembre, précise-t–on, ajoutant que « Rabat va sans doute mettre cet atout sur la table dans le cadre du long processus de normalisation des relations diplomatiques ».

À lire : Le nouveau ministre Albares veut «  renforcer les relations avec le Maroc  »

Par ailleurs, le Maroc a salué la nomination de José Manuel Albares à la tête du ministre des Affaires étrangères, en remplacement d’Arancha Gonzales Laya, ainsi que les dernières déclarations du président du gouvernement, Pedro Sánchez, qui a réaffirmé la nécessité de normaliser les relations avec le Maroc. De son côté, le Maroc préfère pour le moment rester prudent et ferme sur sa position.

Pour rappel, Karima Benyaich a quitté l’Espagne en mai après que la ministre Laya l’a appelée pour des consultations urgentes au sujet de l’arrivée de Ghali. « Il y a des actes qui ont des conséquences, et ils doivent être assumés », a déclaré Benyaich, soulignant que les relations entre pays voisins et amis doivent être basées sur « la confiance mutuelle ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Brahim Ghali

Aller plus loin

Le ministre espagnol des Affaires étrangères bientôt en visite au Maroc

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, et son homologue marocain, Nasser Bourita, ont convenu, au cours de l’échange téléphonique qu’ils ont eu...

Maroc-Espagne : déjà cent jours de crise sans issue évidente

Les tensions entre le Maroc et l’Espagne, ouvertes avec l’accueil en avril de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño, durent depuis maintenant...

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Le nouveau ministre Albares veut «  renforcer les relations avec le Maroc  »

Le tout nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a officiellement pris fonction ce lundi. Dans son discours, le nouveau patron de la diplomatie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...