Recherche

Amine Harit : "je me suis fait berner"

© Copyright : DR

1er mai 2020 - 16h30 - Sport

Mis à l’écart lors de la convocation des joueurs marocains pour les rencontres comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021, face à la Mauritanie le 15 novembre et le Burundi le 19 novembre, l’international marocain, Amine Harit, n’a pas encore digéré cette décision de Vahid Halilhodzic.

Après avoir critiqué sa non-convocation à l’époque, le joueur marocain revient à la charge, près de cinq mois après ce choix du sélectionneur national. Dans une interview accordée à Onze mondial, le Lion de l’Atlas a rappelé qu’il a fait le choix du Maroc par amour pour son pays. “Au moment où j’ai choisi le Maroc, j’étais en équipe de France Espoirs. J’étais surclassé et titulaire. Je pense que si j’avais continué sur ma lancée, j’aurais pu un jour prétendre à l’équipe de France A. J’ai fait un vrai choix du cœur. On ne va pas se mentir, il y a un écart entre les équipes de France et du Maroc de football. Mais j’ai fait un choix de cœur, un choix d’amour."

Pour avoir choisi le Maroc en lieu et place de la France, une grande nation de football, la star de la Bundesliga regrette de n’avoir pas bénéficié en retour d’un bon traitement de la part de son pays  : “Quand cet amour, tu ne l’as pas en retour, tu te dis parfois : Je me suis fait berner. C’est comme ça que je le prends. Surtout quand j’explose tout en Bundesliga pendant trois mois et que je ne suis pas sélectionné, sans raison valable”.

Après cette mise à l’écart, l’ancien nantais a appelé l’entraîneur bosnien pour s’enquérir des raisons qui justifient cette décision : “Et là, il me dit : “Tu n’as pas été bon lors des rassemblements”. 

Choqué par cette réponse de son coach, il s’étonne du fait qu’après ses performances en club, qui séduisent plusieurs grands clubs européens, le patron de l’encadrement technique en vienne à se justifier ainsi. “Cite-moi un joueur qui a fait un bon match sur les rassemblements où on était ensemble… Je ne demande pas à ce qu’il vienne me lécher les pieds pour aller en sélection, loin de là. Mais je veux avoir une discussion qui me permettrait de comprendre et d’avancer. Je veux un échange constructif pour qu’on aille tous dans le même sens", souhaite l’international marocain.

Au regard de son jeune âge et de ses expériences, il soutient qu’il représente l’avenir de la sélection. “Parce que je suis jeune, j’ai 22 ans. C’est nous l’avenir de la sélection. C’est moi, c’est Hakim (Ziyech), c’est Achraf (Hakimi). C’est nous le futur. Et s’il y a dès maintenant des problèmes avec nous, personne n’est gagnant dans l’histoire”, a-t-il lâché.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact