Assilah : la saison touristique sera-t-elle sauvée ?

28 juin 2020 - 01h00 - Economie - Ecrit par : I.L

Après plus de 3 mois d’arrêt de ses activités touristiques, la saison touristique s’annonce encore plus difficile à Accula. Plusieurs professionnels ont décidé de baisser les tarifs de leurs prestations pour sauver cette saison, frappée de plein fouet par la pandémie du coronavirus.

Le bonheur suscité par la reprise des activités touristiques a été de courte durée chez les professionnels des secteurs à Assilah. La situation est assez inquiétante avec la morosité des affaires, une semaine après l’assouplissement des mesures sanitaires, constate Aujourd’hui.ma. C’est la désolation chez les professionnels du tourisme et dans les différents types de commerces, dont le chiffre d’affaires atteint généralement son pic en juillet et août. Dans les rues, les touristes sont quasi absents.

Selon un bazarriste de la célèbre rue Al-Kharazine, ils (les professionnels du secteurNdlr) espéraient rattraper les pertes engendrées par la pandémie du covid-19 (pendant la Semana Santa (fêtes de Pâques) et de l’Aïd). Il estime qu’ils ne se sont pas assez préparés pour cette période estivale en s’approvisionnant dans les autres villes comme d’habitude. “Si les touristes reviennent, nous ne serons pas en mesure de répondre à leur demande de nouveaux articles spécifiques de l’été”, se désole-t-il.

Pour réussir cette saison, la majorité des restaurateurs, des propriétaires des cafés et les détenteurs des différents autres types de commerces non alimentaires ont profité de leur fermeture pour réaliser des travaux d’embellissement ou de mise en état de leurs établissements ou magasins en préparation de la saison estivale. L’autre astuce qu’ils ont trouvée pour ne pas perdre toute la saison est la baisse des tarifs ou le maintien de ceux de la basse saison. Toutes ces réformes sont opérées dans le respect de la capacité d’accueil autorisée par les autorités.

Quant à Mohamed Amine Kassri, gérant d’un café-restaurant en plein centre-ville, cette ambiance triste avec l’absence de touristes en plein début d’été ne leur donne pas de raisons d’espérer sauver cette activité pendant cette saison. En attendant de nouvelles décisions concernant les déplacements inter-villes et la fin des examens scolaires, ils veulent miser sur le tourisme interne pour sortir avec le moins de dégâts possible de cette crise.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Assilah - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc, l’une des destinations les plus sûres en Méditerranée cet été

Le Maroc fait partie des 20 destinations les plus sûres en Méditerranée pour cet été. C’est ce qu’indique une étude du cabinet Targa consulting axée sur le Johns Hopkins Data...

Le nord du Maroc attend les vacanciers

La ville de Fnideq se met au pas pour accueillir les touristes après l’interdiction du commerce transfrontalier avec Sebta. C’est ainsi que des travaux d’aménagement sont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les aéroports seront tous modernisés

Le Maroc envisage de mener prochainement une étude sur le développement de ses aéroports à l’horizon 2045. Un appel d’offres international a été récemment lancé à cet effet.

La reprise du tourisme marocain boostée par les MRE

L’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a fortement contribué à la forte embellie du tourisme marocain frappé de pleins fouets par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

Tourisme au Maroc : vers une révolution du capital humain

La ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, vient de procéder au lancement des programmes de renforcement du capital humain, prévus dans le cadre de la feuille de route du tourisme sur la période 2023-2026. Preuve de l’importance qu’accordent les...

Maroc : des hôtels pour les sinistrés du séisme

La ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a évoqué l’éventualité d’une réouverture de certains hôtels fermés en vue d’accueillir les sinistrés du séisme qui a frappé le royaume dans la nuit du...

Le nouveau régime des dotations touristiques porte préjudice aux Marocains voyageant à l’étranger

Alors que l’Office des Changes assure avoir entrepris une réforme pour simplifier le régime des dotations touristiques pour tous les intervenants, y compris les banques, il a été constaté que le nouveau régime porte préjudice à de nombreux Marocains...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Les chiffres qui confirment l’embellie du tourisme marocain

À la Chambre des représentants, Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire, a communiqué des chiffres du secteur du tourisme qui confirment l’embellie.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.