Au Maroc, on châtie bien les gosses !

23 février 2008 - 14h26 - Maroc - Ecrit par : L.A

Le ministère de la Justice vient de publier, en partenariat avec l’Unicef, une étude sur la violence à l’encontre des enfants. Un état des lieux plutôt alarmant.

Mohammad multiplie les va et vient dans cette laiterie de Mohammedia. Âgé d’à peine une dizaine d’années, il est un peu “l’homme” à tout faire : passer le balai, faire la plonge, servir quelques clients et, quand besoin est, s’occuper de menues courses. Ses journées de travail, plutôt harassantes, sont en outre ponctuées par les “directives” de son employeur. Directives qui prennent la forme d’insultes ou d’invectives et, trop souvent, d’une gifle par-ci, d’un coup de pied par-là. Le vécu de Mohammad n’a malheureusement rien d’exceptionnel. Il s’apparenterait plutôt à une situation quasi-banale, qui montre le peu de cas fait dans la société marocaine de maltraitance des enfants.

Pour la première fois, le ministère de la Justice, en partenariat avec l’Unicef, a produit une étude pour appréhender la situation de ce type de violence. Les résultats de cet état des lieux devraient servir à proposer des axes d’intervention pour prévenir et combattre les sévices subis par les enfants. Et par violence à l’égard des enfants, il faut comprendre toutes formes de brutalités physiques ou psychologiques, abandons ou négligences, incluant les abus sexuels, les brimades et les punitions corporelles, le trafic ou l’exploitation économique des enfants. Si les auteurs sont les premiers à pointer le manque d’information (seules 4 ONG sur les 30 sollicitées ont répondu aux questionnaires, alors que le Secrétariat d’Etat à la Jeunesse est resté aux abonnés absents) et l’absence de statistiques fiables et complètes, les conclusions dégagées montrent que la situation est pour le moins alarmante.

En effet, aucune composante de la société n’est épargnée par le phénomène : depuis la famille jusqu’à la police, en passant par l’école, la rue, le monde du travail et même les institutions de bienfaisance. À tel point que “la violence apparaît comme une méthode éducative et un mode de régulation sociale culturellement admis”, fait remarquer le document. Ainsi, dans les écoles, la pratique semble courante : 87% des enfants questionnés disent avoir été frappés, alors que 73% des enseignants reconnaissent recourir aux châtiments corporels. Au sein de la famille, les violences sont peu fréquemment dénoncées. Encore moins quand il s’agit d’abus sexuels. C’est aussi le cas des violences commises par les employeurs, les éducateurs et les agents d’autorité.

97% de sévices impunis

Dans ces conditions, il est logique que la violence à l’égard des enfants ne soit que rarement sanctionnée. Bien que l’on ne dispose d’aucune étude globale, les auteurs de ce rapport avancent que plus de 97% des sévices et actes de maltraitance restent impunis. Et pour cause : les victimes elles-mêmes, comme les personnes qui repèrent les violences, ne savent à qui s’adresser ni comment.

Les dispositifs mis en place (centres d’écoute, numéro vert) sont peu connus et très insuffisants, alors que la police, perçue d’abord comme une force de répression, n’est pas considérée comme une voie de recours.

Le silence est un autre obstacle important à la répression des violences. Les enfants eux-mêmes considèrent les coups qu’ils reçoivent au quotidien comme des choses “normales” et “méritées”, comme l’a montré l’analyse des focus groups organisés par les auteurs de l’étude.

Enfin, les réponses proposées aux enfants victimes de violence en matière de prise en charge restent très insuffisantes. Ces dispositifs (centres d’accueil, centres d’écoute, assistance sociale…) souffrent d’un manque de moyens humains et financiers, et les travailleurs sociaux sont trop peu nombreux et manquent de qualifications. Quant à la justice, elle ne contribue que faiblement à réduire l’incidence des violences à l’encontre des enfants. Les procédures judiciaires sont complexes et très lentes, et les sanctions prononcées sont parfois peu sévères.

En guise de conclusion, l’étude propose nombre de recommandations, incluant de nombreuses mesures, allant de la formation des acteurs sociaux à la réforme de la justice. Mais par où commencer ?

Source : Telquel - Samir Achehbar

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Harcèlement sexuel - Enquête - Enfant - Jeunesse

Aller plus loin

Les Marocains favorables aux « châtiments corporels » dans l’éducation des enfants (Étude)

Plus de la moitié (53 %) des Marocains sont favorables aux « châtiments corporels » sur les enfants pour les discipliner et les rendre plus obéissants. C’est ce que révèle une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...