Les Marocains favorables aux « châtiments corporels » dans l’éducation des enfants (Étude)

19 juin 2023 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

Plus de la moitié (53 %) des Marocains sont favorables aux « châtiments corporels » sur les enfants pour les discipliner et les rendre plus obéissants. C’est ce que révèle une récente étude réalisée par le réseau « Afrobaromètre ».

La majorité des Africains continuent d’utiliser la force physique pour punir les enfants. Dans les pays comme le Cameroun, le Bénin, le Burkina Faso et le Nigeria, neuf citoyens sur dix (90 %) estiment que les châtiments corporels sont nécessaires pour discipliner les enfants, selon cette enquête menée dans 36 pays africains dans le cadre de la Journée internationale de l’enfant africain.

Au cours de la période 2021-2022, 40 % des citoyens sont contre les châtiments corporels sur les enfants, tandis que les 60 % restants estiment que les parents peuvent corriger leurs enfants « de temps en temps ». L’étude montre également un rejet croissant de cette pratique au cours des cinq dernières années, notamment au Maroc, au Malawi et en Tanzanie. Dans ces pays, les citoyens instruits et à revenu élevé ne sont pas favorables à cette méthode d’éducation.

À lire : 64% des Marocains appliquent le châtiment corporel

Entre 2016 et 2022, l’enquête, citée par Hespress, note aussi une baisse de 5 % des citoyens de 32 pays africains qui croient en l’utilisation des châtiments corporels dans l’éducation de leurs enfants. Au Maroc, cette baisse est de 2 %. 40 % des citoyens résidant des zones urbaines sont plus en désaccord avec cette pratique, contre 36 % pour les résidents en zone rurale. Les plus de 55 ans sont davantage contre cette forme d’éducation (41 %) que les 26-55 ans (37 %).

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les châtiments corporels sur les enfants « entravent leur développement et violent leurs droits ». La Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par le Maroc en 1993, interdit et punit toutes les formes de violence envers les enfants. L’article 32 de la Constitution marocaine de 2011 stipule que « l’État s’engage à fournir une protection juridique, sociale et morale égale à tous les enfants, indépendamment de leur situation familiale ».

Sujets associés : Education - Etude - Enfant - Violences et agressions

Aller plus loin

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions...

L’imam qui frappe un enfant : le parlement demande des comptes au gouvernement

Le Parlement a réagi à l’affaire du fqih de Bab Taza, écroué pour violences sur mineurs dans une école coranique, exigeant du gouvernement d’agir pour mettre fin aux châtiments...

Violence : Les femmes et les enfants d’abord

Dans le foyer conjugal comme à l’école, le châtiment corporel n’a rien de tabou. Quoi qu’en dise la loi…

Au Maroc, on châtie bien les gosses !

Le ministère de la Justice vient de publier, en partenariat avec l’Unicef, une étude sur la violence à l’encontre des enfants. Un état des lieux plutôt alarmant.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.