Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

21 juillet 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Cette étude indique que malgré une interdiction officielle, des punitions verbales et symboliques, comme les insultes et brimades, sont monnaie courante dans le primaire. Viennent ensuite les punitions dites éducatives – la répétition d’écriture et la baisse de notes. Plus alarmant, le rapport note qu’environ 28 % des élèves du primaire ont subi des châtiments corporels, notamment des coups avec un objet ou un instrument, fait savoir l’Économiste.

L’application des sanctions, au niveau du secondaire, révèle des nuances par rapport au primaire, mais conserve certaines similitudes. En tête de liste figurent les avertissements et les notifications aux parents, méthodes de punitions les plus couramment utilisées. D’autres sanctions d’ordre éducatif, tels que les travaux supplémentaires, sont également en vigueur.

Cependant, le constat est sans appel : les châtiments corporels n’ont pas disparu, malgré les assurances du ministère de l’Éducation nationale. Selon l’enquête, 30,6 % des élèves du secondaire rapportent avoir été frappés avec un objet, tandis que 17,3 % mentionnent avoir reçu des gifles et/ou des coups. Les résultats de l’étude suggèrent également que les garçons seraient plus souvent victimes de ces punitions et châtiments corporels que les filles.

Des Marocains encore favorables aux châtiments corporels à la maison

Une étude du réseau Afrobaromètre a mis en lumière il y a quelques mois une tendance préoccupante : plus de la moitié (53 %) des Marocains sont favorables aux châtiments corporels pour discipliner les enfants. Cette tendance n’est pas limitée au Maroc ; l’enquête, menée dans 36 pays africains, révèle que dans des pays tels que le Cameroun, le Bénin, le Burkina Faso et le Nigeria, 90 % des citoyens considèrent que la force physique est un outil nécessaire pour discipliner les jeunes. Toutefois, un renversement de tendance est perceptible dans certains pays, notamment le Maroc, le Malawi et la Tanzanie, où une majorité de citoyens éduqués et à revenu élevé rejettent cette méthode d’éducation.

Entre 2016 et 2022, une baisse de 5 % a été constatée dans la croyance en l’efficacité des châtiments corporels parmi les citoyens de 32 pays africains, cette baisse atteignant 2 % au Maroc. Les citoyens des zones urbaines sont plus susceptibles de désapprouver cette pratique (40 %) comparativement à ceux des zones rurales (36 %). Les personnes âgées de plus de 55 ans sont également plus enclines à s’opposer à cette forme d’éducation. Il est à noter que selon l’Organisation mondiale de la santé, ces châtiments entravent le développement des enfants et violent leurs droits. Bien que le Maroc ait ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant en 1993, interdisant et punissant toute forme de violence envers les enfants, la pratique persiste, malgré l’article 32 de la Constitution marocaine qui stipule l’égalité de protection juridique, sociale et morale pour tous les enfants.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Ministère de l’Education nationale

Aller plus loin

Écoles marocaines : une montée inquiétante de la violence

La violence est un phénomène qui prend de l’ampleur dans les écoles marocaines. C’est ce que révèle une étude menée par le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et...

Les Marocains favorables aux « châtiments corporels » dans l’éducation des enfants (Étude)

Plus de la moitié (53 %) des Marocains sont favorables aux « châtiments corporels » sur les enfants pour les discipliner et les rendre plus obéissants. C’est ce que révèle une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...