L’avenir incertain de la relation Maroc-Algérie

12 novembre 2023 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

La rivalité régionale entre le Maroc et l’Algérie est sur le point de s’exacerber. C’est du moins ce que pense Francisco Serrano, journaliste, écrivain et analyste, dont les travaux portent sur l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient élargi et l’Amérique latine.

« Les dangers croissants résultent d’une confluence de facteurs. Tout d’abord, le renforcement militaire des deux côtés a continué à faire monter les tensions. Deuxièmement, l’affirmation diplomatique croissante de l’Algérie lui permettra de mieux se faire entendre dans les affaires internationales. Troisièmement, sur le terrain, la volonté du Maroc d’utiliser des frappes de drones pour éliminer les membres du Front Polisario pourrait précipiter une escalade », explique Francisco Serrano dans une tribune publiée par le site de l’organisation Middle East Institute. Selon lui, une Algérie plus active posera de nouveaux défis au Maroc dans les prochains mois.

À lire : Des séparatistes marocains financés par l’Algérie ?

« Pendant des années, le régime algérien a été entravé par des faiblesses à l’intérieur du pays et n’a eu qu’une influence limitée à l’étranger. Mais récemment, Alger a vu ses positions internes et externes s’améliorer. Après avoir subi une vague de protestations populaires à l’échelle nationale en 2019-21, le régime autocratique dirigé par l’armée a été en mesure d’endiguer la dissidence, en recourant à la répression et en tirant parti des restrictions imposées par le Covid-19 », analyse le journaliste. La prochaine action que mène Alger l’année prochaine, c’est de ramener la question du Sahara occidental à l’ordre du jour à l’ONU. « Alger souhaite également faire pression pour une réforme plus large du Conseil de sécurité afin d’accroître le poids des États africains au sein de l’organe, ainsi que celui du Sud de manière plus générale. Cela lui permettra de renforcer ses alliances et d’inciter plus facilement d’autres pays à adhérer à sa vision d’un règlement politique pour le Sahara occidental par le biais de l’autodétermination », fait savoir l’analyste.

À lire :L’Algérie déploie sa guerre médiatique contre le Maroc

Francisco Serrano pense néanmoins qu’il « sera difficile pour l’Algérie de bouleverser le statu quo que le Maroc a établi sur le terrain. Mais le simple fait d’essayer de le faire augmentera les frictions entre les deux voisins. À tout moment, l’Algérie tentera de contrer la stratégie du Maroc qui consiste à étendre le contrôle de facto au Sahara occidental, en retardant une résolution politique, tout en renforçant le soutien international à ses revendications de souveraineté. » Et d’ajouter : « Tout cela laisse présager des dangers accrus. La possibilité d’un conflit ouvert opposant les deux voisins est faible. Ni Alger ni Rabat ne tireraient grand profit d’une guerre. Au-delà des ressources nécessaires qu’elle impliquerait, la confrontation affaiblirait la position de chaque régime auprès de son propre peuple. »

Sujets associés : Algérie - Diplomatie

Aller plus loin

Alger nargue-t-elle Rabat avec ses anciens footballeurs ?

L’Algérie, protectrice du Polisario, mouvement revendiquant l’indépendance du Sahara, a réuni ses anciens joueurs pour un match de « gala » dans les camps de Tindouf, non loin...

France-Maroc : le défi d’une relation éclipsée par l’Algérie

Invité par la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques, l’ancien ambassadeur de France en Algérie (2008 à 2012 et 2017 à 2020), Xavier Driencourt, était jeudi à Toulon où...

Des séparatistes marocains financés par l’Algérie ?

Il existerait une relation entre les services de renseignement algériens et des Marocains en fuite en Belgique, aux Pays-Bas et en Espagne et Saïd Chaou.

Malgré les menaces algériennes, l’Espagne accroît ses livraisons de gaz au Maroc

Malgré les pressions de l’Algérie, l’Espagne a continué à acheminer du gaz vers le Maroc via le gazoduc Maghreb-Europe en sens inverse, multipliant par sept le volume de ces...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.