Ayoub El Khazzani condamné à perpétuité

18 décembre 2020 - 21h30 - France - Ecrit par : G.A

Le ressortissant marocain, Ayoub El Khazzani, auteur de l’attentat déjoué du Thalys, a été condamné à la prison à perpétuité. Trois hommes accusés d’avoir aidé le tireur et son commanditaire ont reçu, eux, des peines allant de sept à vingt-sept ans de prison.

Les faits remontent au 21 août 2015. Ayoub El Khazzani était monté à bord du train en gare de Bruxelles armé d’une kalachnikov, d’un pistolet, d’un cutter et de 300 munitions. Le tireur avait été maîtrisé par des passagers, dont deux soldats américains en vacances et en civil. Ils s’étaient jetés sur lui, évitant ainsi qu’il ne fasse un carnage.

Le procès s’est ouvert le 16 novembre dernier, et dans sa décision, Franck Zientara, le président de la cour, a rappelé qu’il aurait pu commettre «  un attentat aveugle  » qui aurait été «  particulièrement meurtrier  » sans «  un concours de circonstances particulièrement improbables  » des munitions défectueuses et «  le courage exceptionnel des passagers  ». La cour a donc suivi les réquisitions des avocats généraux qui avaient demandé le mardi 15 novembre, la perpétuité pour le Marocain, rapporte France 24

Dans le box des accusés, Ayoub El Khazzani, âgé de 31 ans, était habillé d’une chemise à carreaux, ses cheveux noirs attachés en petit chignon, est resté sans montrer d’émotion, à l’annonce de sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. Le jeune homme âgé de 25 ans, à l’époque de l’attentat déjoué, a reconnu au cours du procès, avoir reçu pour seule mission de son commanditaire de tuer les soldats américains et certains membres de la Commission européenne, qui seraient présents à bord du train.

Mais pour la cour, le tireur était monté à bord du Thalys dans l’intention de faire un carnage. Son but était bien de tuer «  aveuglement et indifféremment  » les quelque 200 passagers du train, a affirmé le président. Avant que la cour ne se retire pour délibérer jeudi matin, El Khazzani s’était longuement excusé auprès des victimes. Il a, à plusieurs reprises répété : «  Je suis désolé du fond du cœur  ».

Les co-accusés du tireur, Bilal Chatra, Redouane El Amrani Ezzerrfi et Mohamed Bakkali ont été reconnus coupables d’avoir aidé El Khazzani et Abaaoud dans leur périple pour rejoindre l’Europe depuis la Syrie. Ils ont été condamnés respectivement à 27, 7 et 25 ans de prison.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Paris - Terrorisme - Procès - Attentat

Aller plus loin

Attaque du Thalys : la famille d’Ayoub El Khazzani implore la cour pour une deuxième chance

Depuis lundi, quatre personnes, dont le Marocain Ayoub El Khazzani, comparaissent devant la cour d’assises spéciale pour leur implication dans l’attaque du Thalys reliant Paris...

Attentat déjoué du Thalys : le Marocain Ayoub El Khazzani risque la réclusion criminelle à perpétuité

Le procès du Marocain Ayoub El Khazzani poursuivi pour "tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste" s’est ouvert, lundi 16 novembre à Paris, devant la...

Ayoub El Khazzani : ouverture à Paris du procès en appel de l’attentat déjoué à Thalys

Le Marocain Ayoub El Khazzani, le tireur du train, condamné en première instance à la réclusion à perpétuité, va comparaître lundi 21 novembre 2022 devant la cour d’assises...

France : le tireur de l’attaque du Thalys bientôt jugé

Le procès des responsables de l’attaque déjouée à bord d’un train Thalys Amsterdam-Paris aura lieu prochainement. Le Parquet National Antiterroriste (PNAT) a requis un procès...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...