Ayoub El Khazzani : ouverture à Paris du procès en appel de l’attentat déjoué à Thalys

20 novembre 2022 - 13h30 - Monde - Ecrit par : S.A

Le Marocain Ayoub El Khazzani, le tireur du train, condamné en première instance à la réclusion à perpétuité, va comparaître lundi 21 novembre 2022 devant la cour d’assises spéciale de Paris. Ce sera le début de son procès en appel.

Seul accusé sur les trois des quatre accusés au premier procès n’ayant pas renoncé à son appel, le ressortissant marocain, Ayoub El Khazzani, sera jugé devant la cour d’assises spéciale de Paris dès lundi 21 novembre. Le procès en appel court jusqu’au 9 décembre. La Cour d’assises spéciale à Paris l’avait condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour « tentatives d’assassinats terroristes », assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Elle avait également prononcé des peines de 25 ans et 27 respectivement contre le « chauffeur » Mohamed Bakkali et « l’éclaireur » Bilal Chatra, déclarés coupables de « complicité » et une peine de 7 ans contre Redouane El Amrani Ezzerrifi pour association de malfaiteurs terroriste.

À lire : Attaque du Thalys : la famille d’Ayoub El Khazzani implore la cour pour une deuxième chance

Les faits remontent au vendredi 21 août 2015, en fin d’après-midi. Ayoub El Khazzani, âgé alors 25 ans, monte en gare de Bruxelles dans le train Thalys reliant Amsterdam à Paris. Il sort torse nu des toilettes « l’air en transe », armé d’une Kalachnikov, munie de neuf chargeurs contenant chacun 30 munitions, d’un pistolet automatique et d’un cutter. Un passager le voit et le plaque contre la porte du sas, l’empêchant d’utiliser son arme. Un autre voyageur, Mark Moogalian, saisit la Kalachnikov de l’agresseur. Celui-ci sort son pistolet, lui tire dans le dos, et récupère le fusil d’assaut.

À lire : Ayoub El Khazzani condamné à perpétuité

Trois militaires américains Anthony Sadler, Aleksander Skarlatos et Spencer Stone réussissent à maîtriser le tireur. Ayoub est interpellé puis placé en garde à vue. Il a maintes fois nié les accusations portées à son encontre. En mai 2015, il avait rejoint le groupe État islamique en Syrie. À l’été, il s’était rendu en Europe avec son commanditaire, venu piloter depuis la Belgique la cellule jihadiste qui préparait aussi les attentats du 13 novembre à Paris : Abdelhamid Abaaoud. Celui-ci a été tué par la police peu après le 13 novembre.

Sujets associés : Paris - Terrorisme - Procès - Ayoub El Khazzani

Aller plus loin

Attentat déjoué du Thalys : le Marocain Ayoub El Khazzani risque la réclusion criminelle à perpétuité

Le procès du Marocain Ayoub El Khazzani poursuivi pour "tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste" s’est ouvert, lundi 16 novembre à Paris, devant la...

Ayoub El Khazzani : « Je vous jure que j’ai honte de ce que j’ai fait »

Jugé en appel par la cour d’assises spéciale de Paris, le Marocain Ayoub El Khazzani, qui a été condamné à la réclusion à perpétuité pour son rôle dans l’attentat de Thalys,...

Ayoub El Khazzani condamné à perpétuité

Le ressortissant marocain, Ayoub El Khazzani, auteur de l’attentat déjoué du Thalys, a été condamné à la prison à perpétuité. Trois hommes accusés d’avoir aidé le tireur et son...

Perpétuité requise contre le Marocain impliqué dans l’attentat déjoué du Thalys

La Cour d’assises spéciale a requis la perpétuité contre le tireur marocain, Ayoub El Khazzani. Surarmé, il se préparait à faire un carnage à bord du Thalys Amsterdam-Paris en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...