France : lourde peine pour le beau-père de Yanis

23 novembre 2020 - 08h20 - France - Ecrit par : S.A

La Cour d’assises du Pas-de-Calais a condamné, vendredi 20 novembre, Julien Masson, 34 ans, beau-père de Yanis, mort à cinq ans lors d’une punition en février 2017, à 25 ans de réclusion criminelle pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans. Sa mère, 26 ans, a écopé de quatre ans de prison, dont deux avec sursis pour non empêchement de crime.

La peine de Julien est assortie de cinq ans de suivi socio-judiciaire avec injonction de soins, rapporte l’AFP. "C’est une décision que nous respectons évidemment" mais "qui ne correspond pas selon nous aux faits", a réagi un de ses avocats, Gabriel Duménil, ajoutant que son client réfléchirait à l’opportunité d’interjeter appel. Émilie, elle, sera placée pendant trois ans sous un régime de sursis probatoire. Ce verdict prononcé le cinquième jour du procès est un soulagement pour elle, a fait savoir son avocate, Fleur Bridoux. La mère de Yanis "a reconnu sa responsabilité" dans le meurtre de son fils et "accepte la peine".

"Je veux m’excuser, (...) Pardon pour tous ceux qui ont connu Yanis", a lancé Julien. "Ce n’est pas pour la peine" mais j’aimerais "qu’on accepte que j’ai pas voulu le tuer", a-t-il dit. Jeudi, il a reconnu sa "responsabilité" dans la mort du petit Yanis qui reste pour lui "accidentelle". Selon ses propres déclarations, le mineur aurait fait "plusieurs chutes" et il l’aurait frappé d’un "coup de lampe" de poche. "

"Ce pipi au lit n’était qu’un prétexte", a commenté l’avocat de l’association Enfance et partage, Jean-Philippe Broyart, avant d’expliquer que l’enfant "pouvait être encombrant" pour le couple qui gérait des tensions. Celui-ci a rappelé que le mineur avait dit à l’accusé vouloir retourner vivre chez son père biologique quelques heures avant le drame.

Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 5 au 6 février 2017. L’enquête révèle que l’accusé avait quitté le cabanon d’Aire-sur-la-Lys où lui et sa compagne passaient le week-end vers 00H30. Il avait emmené Anis courir au bord du canal par une température de cinq degrés, pour le punir d’avoir fait "pipi au lit". Mardi, l’accusé affirmait être seulement sorti chercher du tabac accompagné de l’enfant.

Par ailleurs, l’autopsie a révélé que la mort de ce mineur était due à un traumatisme crânien consécutif à un impact violent."Pas moins de 30 traces de contusions distinctes, dont certaines non contemporaines -remontant à plusieurs jours- et des éraflures diverses ont été constatées sur le corps de la petite victime", a déclaré un médecin légiste de l’institut médico-légal de Lille.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Enfant - Homicide - Prison

Aller plus loin

Adnane, disparu à Tanger, retrouvé mort et enterré près du domicile familial (vidéo)

Disparu dans des circonstances mystérieuses, Adnane, 11 ans, a été retrouvé, 48 heures plus tard, mort et enterré non loin du domicile de ses parents à Tanger. L’enfant a été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.