Belgique : retour sur le procès de Mohamed Jratlou

6 août 2023 - 08h00 - Belgique - Ecrit par : P. A

Mohamed Jratlou, accusé du meurtre de son fils Younès, 4 ans, porté disparu et retrouvé mort dans la Douve, a été condamné en 2012 par la cour d’assises de Mons à 9 ans de prison.

Au terme de 7 jours de procès, le jury a condamné Mohamed Jratlou à 9 ans de prison pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Selon les jurés, le père de Younès a involontairement tué son fils et ensuite déposé son corps sans vie dans la Douve, un ruisseau qui se jette dans la Lys. Le parquet avait requis 12 ans de prison contre l’accusé, rappelle RTL Info.

À lire : Le père de Younes Jratlou jugé pour meurtre

Mohamed Jratlou est arrivé en Belgique en 1971 où il a commencé à travailler en tant que conducteur de tram et de bus à la STIB, avant de s’installer au Bizet en 1985. En 1999, il épouse Naïma au Maroc et la ramène en Belgique. La jeune femme de 30 ans est la mère de Wazir et Younès. L’accusé a une double personnalité, à en croire les témoins de moralité qui le décrivent comme une personne à la fois aimable et sympathique et violente et possessive avec les femmes.

À lire : Mohamed Jratlou condamné à 9 ans de prison

« Il ne sait ni lire ni écrire, ni en arabe ni en français. Ce qui explique ses difficultés à avoir un récit cohérent », explique sa défense qui fait observer l’absence de mobile. « A moins d’être dément, on ne tue pas sans raison son enfant de 4 ans », commente l’un de ses avocats. Certains estiment que Mohamed Jratlou est coupable, tout simplement parce qu’il a échoué au test du polygraphe.

À lire : Belgique : Mohamed Jratlou est sorti de prison

Naïma, la mère de Younès, n’est pas satisfaite de la décision des jurés, dénonçant une erreur judiciaire. Mohamed Jratlou, lui, « est soulagé que le jury ait reconnu qu’il n’avait pas eu l’intention de tuer son propre fils », a fait savoir son avocat, Xavier Magnée. Depuis qu’il a fini de purger sa peine en novembre 2019, Mohamed Jratlou vit dans une maison de repos du village d’Hérinnes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Procès - Enfant - Homicide - Prison - Affaire Younes Jratlou

Aller plus loin

Belgique : Mohamed Jratlou est sorti de prison

Le père du petit Younès, Mohamed Jratlou, est libre depuis le mercredi 6 novembre après avoir purgé sa peine de 9 ans de prison ferme pour homicide involontaire à l’encontre de...

Le père de Younes Jratlou jugé pour meurtre

Le procès de Mohamed Jratlou, père du petit Younes, un garçonnet de 4 ans retrouvé mort dans une rivière de Belgique en novembre 2009, s’est ouvert vendredi à Mons.

Mohamed Jratlou condamné à 9 ans de prison

Mohamed Jratlou a été condamné à neuf ans de prison pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort de son fils mineur, sans intention de la donner". Son fils, le...

Younes Jratlou : l’étau se resserre autour du père

Suspect numéro un depuis la découverte du corps de Younes Jratlou, petit garçon marocain retrouvé mort dans une rivière belge, le père, Manito Jratlou, a à nouveau été entendu...

Ces articles devraient vous intéresser :

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...