Belgique : une intégration réussie mais incomplète pour les Marocains

26 novembre 2023 - 08h00 - Belgique - Ecrit par : Bladi.net

Selon une récente étude menée par le gouvernement flamand, malgré des avancées notables dans plusieurs domaines, les citoyens d’origine migratoire de troisième génération font encore face à des discriminations en Flandre.

Cette étude, que la ministre de l’Intégration Gwendolyn Rutten ne souhaite pas commenter, révèle que le quart de la population flamande est d’origine étrangère.

La troisième génération, qui représente environ 150 000 personnes, présente peu de différences dans certains domaines par rapport aux Flamands de souche. Leur maîtrise du néerlandais et leur niveau d’éducation sont excellents, avec un nombre plus élevé de personnes hautement qualifiées et moins de personnes peu qualifiées que dans la population belge d’origine. De même, 51 % se déclarant non croyants.

A lire : La France a un « un problème d’intégration », selon Emmanuel Macron

Sur le marché de l’emploi, leurs performances sont également supérieures, avec un taux d’emploi proche de celui des Flamands. Toutefois, les individus originaires de pays hors UE, notamment du Maroc, de Turquie et du Congo, ressentent davantage de discrimination et se sentent moins intégrés.

C’est le cas d’Imane Khammas, 28 ans, comptable à Laakdal, d’origine marocaine. Ses grands-parents ont émigré de Casablanca vers la Belgique dans les années 60. Malgré une éducation belge et une carrière couronnée de succès, elle est toujours confrontée à la discrimination, aussi bien dans le milieu professionnel que dans la recherche de logement.

« J’ai été élevée à Boom. Nous avons toujours de la famille au Maroc, je garde donc un lien fort avec ce pays. Mais je suis née et ai grandi ici, je travaille ici et mes amis sont majoritairement sans antécédents migratoires », confie-t-elle au HLN. « Avec un nom marocain et une couleur de peau différente, je me sens souvent rapidement cataloguée. Cela a commencé dès le lycée. Les filières BSO (professionnel) étaient majoritairement fréquentées par des élèves d’origine étrangère, et on m’a conseillé de suivre cette voie, me disant que je ne pourrais jamais devenir avocate ou comptable. Heureusement, mes parents ont su résister. »

Les préjugés restent un obstacle majeur. « On me fait parfois remarquer que je parle bien le néerlandais. Ce qui pourrait sembler un compliment est pour moi teinté de condescendance.

Sujets associés : Belgique - Racisme - Intégration - MRE

Aller plus loin

Alae Eddine, un exemple de l’intégration menacé d’expulsion à Cherbourg

Alae Eddine, un jeune Marocain de 24 ans, employé dans un restaurant à Cherbourg, est menacé d’expulsion. Il devrait quitter le territoire français d’ici fin juillet. Son...

Discrimination, intégration, identité : des Espagnols d’origine marocaine en parlent

Le romancier Youssef el Maimouni, la dessinatrice et illustratrice Nadia Hafid et la rappeuse et écrivain Miss Raisa, tous Espagnols d’origine marocaine, mais de générations et...

Marocains de Belgique : entre intégration réussie et discriminations persistantes

60 ans après la signature par Rabat et Bruxelles de la convention « relative à l’occupation de travailleurs marocains en Belgique », aucun lieu emblématique pouvant contribuer à...

La France a un « un problème d’intégration », selon Emmanuel Macron

Le président français, Emmanuel Macron, a évoqué sa politique en matière d’immigration, soutenant que la France a « très clairement un problème d’intégration » et qu’il convient...

Ces articles devraient vous intéresser :

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Marhaba 2023 : le dispositif exceptionnel d’accueil des MRE commence aujourd’hui

C’est ce lundi 5 juin que débutera l’opération Marhaba 2023 dédiée aux Marocains résidant à l’étranger. La Fondation a activé le dispositif d’accueil au niveau du Maroc, la France, l’Italie et l’Espagne, composé 24 sites d’assistance et...

MRE retraités : voici les conditions de dédouanement des véhicules

L’allégement fiscal pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) âgé de 60 ans et plus, ayant résidé plus de 10 ans hors du Maroc est toujours d’actualité. Ils bénéficient d’un abattement de 90 % lors du dédouanement d’un véhicule de tourisme, à...

Tanger Med s’est refait une beauté pour mieux accueillir les MRE

Le port Tanger Med est sur le point d’accueillir les Marocains résidant à l’étranger dans le cadre de l’opération « Marhaba 2023 », selon Kamal Lakhmas, le directeur du port. Une somme avoisinant 80 millions de dirhams a été consacrée à l’amélioration...

Marhaba 2022 : plus de 1,4 million de MRE rentrés au Maroc à mi-juillet

À la date du 19 juillet 2022, plus de 1,4 million de Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont regagné le Maroc, grâce à l’opération Marhaba, soit une augmentation de 25,52 % par rapport à la période d’avant-Covid.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Opération Marhaba : les chiffres de l’année dernière largement dépassés à Algésiras

Depuis le lancement de l’Opération Passage du Détroit (OPE) le 15 juin dernier, près de 275 000 passagers et 68 000 véhicules ont embarqué depuis les ports espagnols en direction du Maroc d’après les données fournies par la Protection Civile espagnole.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Le gouvernement « bannit » les MRE d’Internet

L’un des seuls canaux de communication officiel du gouvernement marocain à destination des Marocains du monde n’est plus en ligne, du moins à l’heure où sont écrites ces lignes.

L’Espagne mène la vie dure aux MRE

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui prévoient de retourner dans leurs pays de résidence après avoir passé les vacances d’été au Maroc se voient interdits de transporter certains produits.