Marocains de Belgique : entre intégration réussie et discriminations persistantes

19 février 2024 - 09h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

60 ans après la signature par Rabat et Bruxelles de la convention « relative à l’occupation de travailleurs marocains en Belgique », aucun lieu emblématique pouvant contribuer à tisser le lien social et à valoriser les contributions de cette population immigrée n’a été mis en place.

Dans un entretien avec La Libre, Hajar Oulad Ben Taib, chercheuse en histoire de l’immigration à l’Université Saint-Louis, fait la genèse de la signature le 17 février 1964 par les gouvernements belges et marocains de la convention « relative à l’occupation de travailleurs marocains en Belgique ». « La politique de la Belgique qui consiste à recruter de la main-d’œuvre étrangère dans le secteur du charbonnage remonte à la période de l’Entre-deux-guerres, et s’accentue après la Seconde Guerre mondiale avec la signature d’une série d’accords bilatéraux. En 1946, un accord est signé avec l’Italie mais, 10 ans plus tard, après la catastrophe du Bois du Cazier, le gouvernement italien demande à la Belgique de meilleures conditions de travail pour ses ressortissants. Le gouvernement belge ne répondra pas à ces exigences, et élargira plutôt ses zones de recrutement vers le sud du pourtour méditerranéen en signant des accords avec l’Espagne et la Grèce. » C’est ainsi que la Belgique s’est tournée le Maroc.

À lire :Belgique : une intégration réussie mais incomplète pour les Marocains

« Les prospections au Maroc sont lancées dès le début des années 60, et l’accord de février 64 sera négocié en quelques jours, rappelle la chercheuse. Le Maroc, comme les autres pays, y voit un avantage : envoyer des travailleurs permet d’apaiser les tensions sociales (puisqu’à l’instar de l’Italie, de la Grèce et de l’Espagne, le Maroc qui obtient son indépendance en 1956 peine encore à offrir des perspectives économiques au sein de ses frontières), de les former et d’espérer un retour sur investissement ; non seulement ces travailleurs enverront de l’argent à leurs proches restés au pays, mais pourront aussi revenir avec une nouvelle formation professionnelle ». Les premiers travailleurs marocains arrivent alors en Belgique. Ils étaient au nombre de 2000. « L’accord-cadre de 1964 est d’une portée essentiellement symbolique. De premières émigrations marocaines l’ont précédé. De plus, il évoque dans sa première version un chiffre limité : celui de 2000 travailleurs. »

À lire :Belgique : la ministre Zakia Khattabi, prise pour une « terroriste »

Soucieux de pallier la pénurie de main-d’œuvre qui continue de toucher le pays, « notre gouvernement encouragera en ce sens une immigration familiale (pour stabiliser les ouvriers marocains parfois tentés de rejoindre la Hollande ou la France), assouplira les conditions d’arrivée et élargira les secteurs de recrutement vers la métallurgie et la construction. Les flux migratoires vont en conséquence se diriger vers les grandes villes, alors qu’ils étaient tournés, dans un premier temps, vers les charbonnages wallons et flamands », explique Hajar Oulad Ben Taib. Ces populations « s’installent d’abord dans des logements précaires près des charbonnages, puis en ville, dans les quartiers des gares et dans les quartiers plus pauvres qui accueillaient déjà des populations immigrées venues de Grèce, d’Espagne, du Portugal ou d’Italie. C’est le cas de la commune bruxelloise de Molenbeek », ajoute-t-elle. Les migrants marocains seront toutefois rejetés par une frange de la société belge lorsque celle-ci réalise qu’ils comptent s’installer durablement.

À lire :Maroc, plus grand pourvoyeur de main-d’œuvre en Belgique

« Alors que la population belge réalise que les Marocains comptent s’installer durablement, on voit naître dans les sphères politiques et médiatiques un discours de rejet assumé. Le bourgmestre de Schaerbeek, Roger Nols, qui mettra notamment en place des guichets séparés pour les étrangers, illustre particulièrement ce climat xénophobe », expliquera l’universitaire, notant par ailleurs toute « une politique incitative au retour, primes à la clé, s’organisera également, mais se soldera par un échec. » Au fil des ans, les Marocains réussissent à s’intégrer. Certaines ont même acquis la nationalité belge et intégré tant bien que mal toutes les sphères publiques, médiatiques, économiques, politiques, académiques, mais d’autres restent en revanche confrontés à un certain nombre de problèmes. « La situation m’apparaît contrastée. Nous parlons aujourd’hui de la troisième et de la quatrième génération issue de l’immigration marocaine. Cette ascendance immigrée reste cependant difficile à assumer, et les phénomènes de discriminations scolaires, au logement ou à l’emploi sont encore très répandues. La crise économique actuelle engendre de surcroît un discours régulièrement hostile envers les Belgo-Marocains qui se cristallise pour certains autour de l’identité culturelle ou religieuse. », dépeint Ben Taib.

À lire :Amin El Boujdaini, l’homme qui draine les Marocains de Belgique au MR

Si la chercheuse pense que « la communauté marocaine est très bien intégrée, très ouverte, avec une représentation dans pratiquement toutes les catégories socioprofessionnelles », elle fait quand même remarquer qu’elle « souffre encore de certains stéréotypes qui ont la peau dure, de discriminations qui expliquent des épisodes dramatiques, telle la radicalisation que l’on a connue de certains jeunes. » Elle déplore en outre « l’absence de réelle volonté politique pour mettre en place un lieu emblématique qui serait la vitrine de cette histoire migratoire, et qui contribuerait à tisser le lien social et à valoriser les contributions de ces populations immigrées. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Immigration - MRE

Aller plus loin

Amin El Boujdaini, l’homme qui draine les Marocains de Belgique au MR

Amin El Boujdaini, un Belgo-marocain, conseiller communal à Anderlecht, est le plus grand atout du Mouvement réformateur (MR) pour séduire la communauté d’origine marocaine en...

Belgique : Saint-Nicolas remplacé par Sidi Nicolas ?

Le bourgmestre de Saint-Gilles, Jean Spinette (PS) a créé la polémique en disant qu’il « trouverait comique d’avoir un Sidi Nicolas qui fournit des clémentines aux enfants » en...

Maroc, plus grand pourvoyeur de main-d’œuvre en Belgique

Le Maroc est en tête du top 5 des grands pourvoyeurs de main-d’œuvre sur le marché de l’emploi en Belgique, où les pénuries s’avèrent importantes dans certains secteurs.

Des Marocains de Belgique pourraient être exclus des logements sociaux

Les Marocains résidant en Belgique pourraient bientôt avoir du mal à obtenir des logements sociaux si l’appel du Mouvement réformateur (MR) à durcir les conditions d’accès...

Ces articles devraient vous intéresser :

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

Douane : que se passe-t-il si le MRE ne peut exporter sa voiture ?

Il peut arriver, dans certains cas d’un ennui de santé ou d’une urgence quelconque, que le Marocain résidant à l’extérieur (MRE) ne puisse pas, par lui-même, réexporter son véhicule, c’est à dire le reconduire hors du Maroc. La douane marocaine a prévu...

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

Marhaba 2023 : Le Maroc accueille 1,2 million de MRE, en hausse de 21%

Quelque 1,2 million de Marocains résidant à l’étranger (MRE) et de 280 000 véhicules sont entrés au Maroc dans le cadre de l’opération de l’opération Marhaba 2023, selon le ministère du Transport et de la logistique.

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...

Opération Marhaba : les chiffres de l’année dernière largement dépassés à Algésiras

Depuis le lancement de l’Opération Passage du Détroit (OPE) le 15 juin dernier, près de 275 000 passagers et 68 000 véhicules ont embarqué depuis les ports espagnols en direction du Maroc d’après les données fournies par la Protection Civile espagnole.

Les adieux émouvants de Salima Belabbas, présentatrice du RTL Info

C’est avec une grande émotion et une voix tremblante que Salima Belabbas, présentatrice d’origine marocaine du RTL Info, a fait ses adieux aux téléspectateurs dimanche.

Un MRE peut-il prêter sa voiture au Maroc ?

Très souvent quand ils sont le Maroc, des proches ou des amis sollicitent les MRE pour le prêt de leur voiture immatriculée à l’étranger. La douane marocaine est assez stricte là-dessus.