Bouchra Bagour, Marocaine poursuivie pour apologie du crime en France (Màj)

11 avril 2013 - 15h00 - France - Ecrit par : J.L

Bouchra Bagour, une franco-marocaine de 35 ans, est poursuivie par le tribunal correctionnel d’Avignon en France, pour "apologie de crime", parce qu’elle avait habillé son fils de 3 ans d’un tee-shirt portant l’inscription : "Je suis une bombe. Jihad, né le 11 septembre".

L’affaire avait éclaté en septembre dernier, quand la mère de famille avait envoyé son fils à l’école habillé du t-shirt, que lui avait offert son oncle Zeyad, 29 ans.

La mère de famille et son frère ont tous deux été interpellés et placés en détention provisoire, après avoir été dénoncés par le corps enseignant de l’école et le maire de la ville, les accusant d’avoir utilisé l’enfant pour faire l’apologie du crime.

Le vice-procureur Olivier Couvignon accuse lui Bouchra et Zeyad Bagour de vouloir banaliser l’acte terroriste en instrumentalisant l’enfant. "On l’envoie lâchement sur le front de la dérision haineuse avec la volonté de défier certains principes, certaines valeurs", estime le magistrat.

Le jugement sera mis en délibéré le 10 avril. Bouchra et Zeyad risquent jusqu’à cinq ans de prison et une amende de 45.000 euros.

Mise à jour du 11 avril 2013

Bouchra Bagour et son frère Zeyad ont été acquittés mercredi 10 avril par le tribunal correctionnel d’Avignon. Le juge a estimé que l’apologie du crime n’était pas avérée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Terrorisme - Procès - Avignon - Insolite - Enfant - Guerre - Prison

Ces articles devraient vous intéresser :

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.