Bruxelles : manifestation pour un assouplissement des mesures restrictives dans les lieux de culte

22 février 2021 - 18h40 - Belgique - Ecrit par : G.A

Les abords de la gare centrale de Bruxelles ont enregistré dimanche, une manifestation inhabituelle qui a mobilisé des représentants des cultes juif, islamique et chrétien. Ils demandent aux autorités d’assouplir les mesures qui touchent les lieux et qui restent, malgré la situation de crise sanitaire, une véritable entrave à la liberté de culte.

Même si les rassemblements sont autorisés, la limite est de 15 personnes, peu importe la taille ou le nombre de pièces dans le bâtiment de culte. Les enfants jusqu’à l’âge de 12 ans révolus et le ministre du culte ne sont pas pris en compte. Des mesures, qui selon les manifestants, sont restrictives et mettent à mal la liberté de religion, un droit garanti par la Constitution.

Pour Najat qui est de confession musulmane, cette manifestation est une opportunité pour faire plier les autorités qui pensent à l’assouplissement des mesures dans les autres secteurs mais oublient de se pencher sur le cas des confessions religieuses. « C’est une action citoyenne qui demande que les autorités soient un peu logiques, surtout avec les mesures qu’ils prennent. Pour moi ça n’a pas de sens. Les cultes sont aussi essentiels », rapporte bx1.be

Cornélie est de confession chrétienne. Elle est aussi venue à la manifestation pour protester contre des mesures qu’elle juge assez corsées et injustes. Elle explique que ses frères et sœurs dans la foi lui manquent terriblement. « On ne côtoie plus les personnes à qui on se confiait, avec qui on priait. C’est vrai qu’il y a le téléphone, mais c’est toujours bien de se voir et d’échanger, de prier ensemble ».

Les responsables de la manifestation mettent en cause la limitation du nombre de personnes au sein d’un lieu de culte. Pour Julien Sebert, porte-parole des chrétiens, il faut que la limitation du nombre de personnes tienne compte de la taille du bâtiment. «  C’est dingue de permettre aux magasins et autres d’ouvrir et d’accueillir du monde mais les lieux de culte, non. Nous voulons juste avoir plus de possibilités avec la promesse de respecter les gestes barrières. Mais il nous faut cet assouplissement au niveau de nos différents lieux de culte. C’est vital ».

Mohamed Azaitraoui, porte-parole de la Fédération des mosquées de Bruxelles a expliqué qu’il y a quelques mois, alors que la situation sanitaire n’était pas moins grave qu’actuellement, jusqu’à 200 personnes étaient admises lors d’une célébration religieuse. Il souligne que la manifestation ne concerne que les lieux de culte.

Par ailleurs, une pétition en ligne, « Libérez nos lieux de culte » a été initiée et a même déjà enregistré plus de 9000 signatures.

Sujets associés : Bruxelles - Manifestation - Religion

Aller plus loin

Covid-19 : Bruxelles veut l’aide des imams

Bruxelles fait face à une recrudescence des cas de contamination au Covid-19. Inquiet, le porte-parole interfédéral, Steven Van Gucht suggère que les imams soient impliqués dans...

Belgique : les MRE parmi les plus infectés après les vacances

Quelque 7,5% des MRE revenant en Belgique par avion ont été testés positifs au Covid-19. C’est ce que vient de révéler l’institut belge de la Santé.

Coronavirus : pas de prière à la mosquée de Bruxelles

Après avoir interdit tout rassemblement et tout événement de plus de 1 000 personnes dans un lieu fermé à Bruxelles, et ceci jusqu’au 31 mars, la Grande mosquée de Bruxelles a...

Belgique : un peu plus de monde dans les mosqueés

Le processus de déconfinement se poursuit en Belgique. Le Conseil national de sécurité (CNS) a autorisé les rassemblements jusqu’à 200 fidèles dans les mosquées du pays.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Une prière musulmane à l’aéroport de Roissy fait polémique

Augustin de Romanet, PDG d’ADP a réagi à une prière collective réunissant une trentaine de musulmans dimanche 5 novembre dans une salle d’embarquement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, et qui a soulevé de vives polémiques.

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Chaâbane débute ce dimanche, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1445 de l’hégire correspond au dimanche 11 février 2024, a annoncé samedi le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Officiel : l’Aid Al Fitr en France ce vendredi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de confirmer la date de l’Aid al Fitr pour ce vendredi 21 avril 2023.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).