Maroc : Ray Cole, condamné pour homosexualité, libéré

7 octobre 2014 - 20h50 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

La campagne demandant la libération de Ray Cole, détenu depuis mardi dernier à la prison de Marrakech pour « pratiques homosexuelles », se transforme peu à peu en une campagne anti-marocaine. (Màj)

Dans un communiqué publié par la section locale d’Amnesty International, l’organisation demande la libération immédiate du prisonnier. « Ray Cole doit être libéré immédiatement. L’homosexualité n’est pas un crime », a déclaré Kate Allen, directeur d’Amnesty UK, ajoutant que ce n’est pas la première fois cette année que le Maroc emprisonne des personnes en se basant sur leur sexualité.

Nigel Evans, membre de la Chambre des communes, va quant à lui en faire part à la Princesse Lalla Joumala Alaoui, ambassadrice du Maroc à Londres. Les représentants des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) vont plus loin et menacent le Maroc de conséquences économiques et diplomatiques, si Ray Cole n’est pas libéré sur le champ.

D’autres, à l’image du conservateur Charlie Elphicke, estime que visiter le Maroc, c’est risquer d’être condamné pour des crimes du moyen âge. « Le message est clair, dit-il, le Maroc n’est pas un pays sûr pour les touristes britanniques ».

Pour sa part, le Foreign Office a confirmé l’emprisonnement de l’Anglais au Maroc et indique qu’il est en contact avec les services consulaires de son pays.

Pour rappel, l’homme a été arrêté il y a quelques jours à un arrêt de bus alors qu’il était en compagnie d’un Marocain. Les deux hommes ont été condamnés à 4 mois de prison pour « pratiques homosexuelles ».

Mise à jour du 7 octobre 2014 - 20h : la pression sur les autorités marocaines semble avoir porté ses fruits. Ray Cole a été libéré cet après-midi. Par contre, on ne sait pas si son compagnon a eu ce même privilège !

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Homosexualité Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.