Recherche

Danielle, camping-cariste française bloquée au Maroc, très remontée, dénonce la situation

© Copyright : DR

16 mai 2020 - 13h30 - Société

Danielle et son mari font partie des camping-caristes français qui, à maintes reprises, ont acheté des billets, espérant rentrer chez eux par bateau, mais continuent d’humer l’air à Marrakech, partagés entre espoir, colère et déception.

Devant l’absence d’informations officielles pour expliquer la situation, les rumeurs circulent et créent davantage le doute et la confusion. Dans un entretien téléphonique avec lemondeducampingcar.fr, Danielle a déclaré être venue au Maroc pour un mois et demi et s’est retrouvée face à la fermeture inattendue des frontières.

Depuis, elle a pu échanger son billet de retour, puis réserver un autre billet. Elle gardait l’espoir de quitter le Maroc, avant d’apprendre que les bateaux étaient annulés. Le 13 mai au soir, le ferry du 19 mai a été reporté au 26 mai "pour des raisons logistiques, et celui du 1ᵉʳ juin, qui devait prendre Danielle, est suspendu. "Aujourd’hui, on a du mal à croire en qui et en quoi que ce soit. Tout change sans arrêt. On a eu je ne sais pas combien de billets. C’est annulé, c’est reporté ; c’est compliqué de se faire une idée. On s’inscrit partout, on fait tout ce qu’il faut. Mais rien n’est clair", raconte Danielle, très déçue.

Elle explique être dans le brouillard quant à la façon dont les traversées sont programmées puis annulées, et surtout les critères de sélection de ceux qui doivent voyager. "Après le bateau du 20 avril, qu’on n’a pas eu, il y a eu celui du 4 et du 5 mai. Or, on nous a dit qu’il n’y aurait pas de bateau au mois de mai. Nous nous sommes positionnés sur le 1ᵉʳ juin. Mais ça m’inquiète un peu parce que depuis deux jours, je ne le vois plus sur la programmation de la GNV. Ensuite, il y a eu deux bateaux programmés les 8 et 16 mai, mais on ne les voyait pas sur le site de la compagnie. Ils ont été décalés au 12 et au 19 mai. On se demande comment les passagers de ces traversées ont été sélectionnés", explique Danielle, qui ajoute que si au moins, au milieu de toutes ces annulations, il existait des informations officielles pour calmer les ardeurs, et surtout la déception qui prend le pas sur l’espoir, l’attente peut être facilement gérée, rapporte lemondeducampingcar.fr.

Pour elle et les autres qui attendent de partir, "ce qui est très pénible, c’est de ne pas avoir de date. On vous vend des billets, sans savoir si ces traversées vont avoir lieu. C’est scandaleux". Danielle pense que même si les camping-caristes sont venus de leur plein gré au Maroc, ils n’ont pas créé la situation actuelle et on n’a pas le droit de les malmener de la sorte. "Ils ne devraient pas vendre des billets tant qu’ils ne sont pas sûrs. On se retrouve avec un coupon, parce qu’à la fin, on ne vous rembourse pas".

Danielle espère malgré tout, rentrer chez elle. Elle appelle les autorités à se prononcer sur la situation pour que les camping-caristes arrêtent de s’informer par le biais des rumeurs qui sèment assez de confusions.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact