Recherche

Un centre culturel musulman de Rennes couvert de tags islamophobes, une enquête ouverte

© Copyright : DR

12 avril 2021 - 06h40 - Monde - Par: S.A

À la veille du mois de ramadan, des tags islamophobes ont été découverts, dimanche 11 avril, sur les murs extérieurs du centre culturel islamique Avicenne de Rennes. Le parquet a ouvert une enquête pour « dégradations à raison de l’appartenance à une religion ».

« Non à l’islamisation », « Mahomet prophète pédophile », « l’immigration tue », « les croisades reprendront », « catholicisme religion d’État » ou encore « EELV = Traîtres ». Ce sont les tags islamophobes inscrits sur les murs et les vitres du centre culturel Avicenne dans le quartier Villejean à Rennes (Ille-et-Vilaine) dimanche. Le gardien et les fidèles ont fait cette découverte vers 6 heures, lors de la prière du matin. « A deux jours du mois de Ramadan, les fidèles retrouvent leur mosquée taguée avec des phrases obscènes. […] Nous sommes les enfants de la République et nous retrouvons avec la haine la violence et la barbarie », a déploré auprès de l’AFP Mohammed Zaidouni, président du conseil régional du culte musulman.

Le parquet de Rennes a ouvert une enquête pour « dégradations à raison de l’appartenance à une religion ». La sûreté départementale de Rennes est chargée de la mener. Les auteurs de ces tags islmaphobes encourent quatre ans de prison et 30 000 euros d’amende. « Le parquet de Rennes […] portera une attention toute particulière à l’enquête tendant à identifier et sanctionner le ou les auteurs de ces faits », a assuré le procureur de Rennes, Philippe Astruc dans un communiqué. Il s’agit, selon lui, des faits qui « portent une atteinte symbolique grave » et « viennent troubler l’exercice paisible du culte ».

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu, en fin de journée, au centre musulman de Rennes (Ille-et-Vilaine). « Il y a manifestement ici une minorité d’extrémistes qui ne représente en rien l’immense majorité des Français. La République protège tous ses enfants et notamment ses enfants musulmans », a-t-il déclaré, ajoutant que ces inscriptions «  immondes  » sont « des insultes aux musulmans français, des insultes à la France ». «  Tout lieu de culte, tout lieu d’inspiration religieuse est le bienvenu dans notre pays », a-t-il martelé.

Dans un tweet, la maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré a dénoncé des «  actes  » qui « n’ont pas leur place en France, ils n’ont pas leur place à Rennes. Tout mon soutien aux Rennais et particulièrement aux fidèles choqués par ces actes indignes ». « Faire le lit des haines ne produit que plus de haine », a dénoncé Sandra Régol, numéro deux d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Ces faits sont « le résultat d’une ambiance détestable produite par certains », a estimé pour sa part le député de La France Insoumise (LFI), Alexis Corbière.

« L’histoire récente nous apprend que les débats enflammés autour de l’islam ont souvent été accompagnés d’une recrudescence d’actes antimusulmans », a déclaré Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) dans un communiqué. « Force est de constater que certains débats autour du projet de loi de lutte contre “les séparatismes” ont malheureusement servi de tribunes pour des haineux de tous bords », ajoute-t-il. « Il y a actuellement un climat antimusulmans en France que nous dénonçons avec force. Malheureusement, les déclarations de certains hommes politiques ne font qu’attiser ce climat », a déploré Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national de lutte contre l’islamophobie.

Mots clés: Rennes , Islamophobie , Ramadan 2021 , Islam , Religion

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact