Les chirurgiens plasticiens marocains se plaignent « des charlatans sans scrupule »

17 février 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Les chirurgiens plasticiens marocains montent au créneau une nouvelle fois, mais cette fois-ci pour mettre en garde contre la pratique illégale de la médecine et de la chirurgie esthétique dans les salons de coiffure, les salles de sport et les spas. Ils ont attiré l’attention des Marocains sur les séquelles irréversibles que ces pratiques peuvent entraîner.

Le Syndicat national des chirurgiens plasticiens dénonce et condamne « les centres de beauté et salles de sport qui proposent en toute impunité des injections de comblement, de toxine botulique, de PRP, de mésothérapie ou même de laser épilatoire ». Si par le passé, la situation passait inaperçue, aujourd’hui elle semble se développer à cause du nombre d’établissements qui mettent ce genre de pratiques au même niveau qu’une coiffure, un tatouage ou une manucure, écrit Aujourd’hui Le Maroc.

À lire : Le marché marocain de la chirurgie esthétique résiste au Covid-19

« Nous alertons les pouvoirs publics quant aux dangers liés notamment aux injections réalisées par des charlatans sans scrupule ni conscience mettant en péril la sécurité de patientes souvent jeunes et innocentes », se fustige le syndicat.

À lire : Chirurgie esthétique : Mourir pour être belle

Les chirurgiens affirment recevoir de plus en plus de patientes victimes de ces pratiques « sauvages » qui portent atteinte au code de la déontologie médicale. Les séquelles qu’elles présentent vont de la nécrose cutanée, aux infections et à la cécité. « Nul ne peut accomplir aucun acte de la profession médicale, à quelque titre que ce soit, s’il n’est pas inscrit au tableau de l’Ordre conformément aux dispositions de la présente loi et celles de la loi n°08-12, relative à l’Ordre national des médecins, au titre du secteur dans lequel il entend exercer ».

À lire : Le Maroc renforce sa stratégie pour le développement du tourisme médical

Le syndicat appelle l’État à être plus rigoureux dans le contrôle des « vrais » ou « faux » médecins venus récemment de la Russie et l’Ukraine, qui ne sont pas enregistrés au Conseil national de l’Ordre des médecins et qui exercent de manière clandestine et illégale dans les salons de beauté, prônant la maîtrise de « techniques russes » à la mode et attirant de nombreuses patientes innocentes.

À lire :Pour la transplantation de cheveux, les Marocains choisissent la Turquie

Les chirurgiens plasticiens notent que toute pratique illégale de la chirurgie est punie conformément aux dispositions législatives et réglementations en vigueur et qu’ils ne reculeront devant rien pour dénoncer tous ceux qui s’amusent avec la vie des citoyens.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Menaces - Plainte

Aller plus loin

Maroc : les chirurgiens esthétiques s’indignent contre un reportage de TF1

La société marocaine de chirurgie plastique réparatrice et esthétique (SMCPRE) s’est indignée, jeudi 11 février, du reportage relatif à la chirurgie esthétique au Maroc, et...

Chirurgie esthétique : Mourir pour être belle

Elle avait tout pour plaire et une longue vie devant elle. Et pourtant, le destin en a décidé autrement. Karima Errafi, 24 ans, est partie à la fleur de l’âge pour un voyage...

Le Maroc renforce sa stratégie pour le développement du tourisme médical

De par la globalisation du secteur de la santé, le tourisme médical connaît un véritable essor ces dernières années. Conscient de cette opportunité, le Maroc entend explorer...

Pour la transplantation de cheveux, les Marocains choisissent la Turquie

120.000 touristes marocains ont visité la Turquie, selon des chiffres publiés par le Ministère turc de la Culture et du tourisme. Au nombre de ceux-ci, beaucoup s’intéressent à...

Ces articles devraient vous intéresser :

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

L’anarchie des salons de beauté au Maroc dénoncée

La docteure Hanan Atrakin, spécialiste en chirurgie esthétique et députée du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a exprimé ses inquiétudes face à la prolifération au Maroc des salons de beauté offrant des services esthétiques médicaux, évoquant une...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Malade, Aïcha Mahmah expulsée par une clinique

Grâce à l’intervention du ministère de la Culture, de la Jeunesse et de la Communication, l’actrice marocaine Aïcha Mahmah a été admise à l’hôpital mardi pour recevoir un traitement et subir une opération.