Le sort du code pénal entre les mains d’El Othmani

23 novembre 2020 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Face à l’impasse autour du projet de loi modifiant et complétant le Code pénal, le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani est appelé à débloquer le texte.

Ce texte est en souffrance à la Chambre basse depuis 2016. "La balle est dans votre camp après que tous les groupes parlementaires ont déposé leurs propositions d’amendements concernant le projet de loi modifiant et complétant le Code pénal", a lancé Boutaina Karouri, première vice-présidente de la commission de la Justice, de la législation et des droits de l’Homme, lundi en plénière. Celle-ci s’adressait au ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader. Celui-ci a indiqué que cette réforme est à caractère politique. Il faut donc l’aval du conseil du gouvernement et de son chef.

De cette vue, il revient à M. El Othmani de débloquer ce texte qui souffre de consensus. Bon nombre de députés ont entre-temps plaidé pour l’adoption de ce projet de loi. Sur le plan technique, le vote des propositions d’amendements des différents groupes parlementaires n’est pas encore effectif. Difficile pour les membres de la Chambre des représentants de s’accorder sur la question liée à la lutte contre l’enrichissement illicite inscrite dans le projet.

Selon le PJD, l’amendement de la majorité vide la disposition de lutte contre l’enrichissement illicite de sa substance puisqu’il propose de n’interpeller les personnes concernées qu’après la fin de leur mandat administratif comme électoral, de limiter la mission de contrôle à la Cour des comptes et de se contenter de la déclaration de patrimoine du concerné et de ses enfants, sans prendre en considération le patrimoine déclaré avant la prise de fonction. Le groupe du parti islamiste estime que confier la mission de la lutte contre l’enrichissement illicite à la Cour des comptes plutôt qu’à la justice est synonyme de gel de cette disposition. Pour leur part, les autres partis comme l’USFP proposent l’élaboration d’un texte relatif à cette disposition pour éviter toute ambiguïté.

"Le projet de loi modifiant et complétant le code pénal s’est transformé en un grand dossier politique. Il faut qu’on se dote tous de la maturité. Il y a deux options : le retrait du texte par le chef de gouvernement ou la poursuite du processus législatif ; et en cas de désaccord, c’est le vote en séance plénière qui permettra de trancher. Chaque partie doit en effet assumer ses responsabilités", commente Amina Maelainine, députée du PJD.

Sujets associés : Saâdeddine El Othmani - Conseil de gouvernement

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : la loi sur les libertés individuelles bloque la réforme du code pénal

Le débat sur les réformes du code pénal peine à évoluer à cause des partis de la majorité gouvernementale qui n’arrivent pas à accorder leurs violons. Les deux points de discorde...

Maroc : les nouveautés du Code de procédure pénale

Le projet de Code de procédure pénale en élaboration depuis des mois, sera enfin disponible cette semaine, pour sa présentation au conseil du gouvernement. Quelques modifications...

Maroc : la réforme du code pénal divise la classe politique

La classe politique est divisée sur la réforme du code pénal, ce qui se manifeste par l’opposition entre ministres, d’une part, et entre les partis politiques, d’autre part, sur le...

Des hôteliers marocains appellent à la légalisation des relations hors mariage

L’interdiction des relations sexuelles extraconjugales imposée aux musulmans affecte le marché intérieur hôtelier déjà très affaibli par la crise...

Nous vous recommandons

Saâdeddine El Othmani

El Othmani tente maladroitement de calmer la colère de l’Algérie

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani tente de calmer la colère de l’Algérie. Il a réagi au soutien d’Omar Hilale, représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies au » vaillant peuple kabyle », un des griefs pour lesquels Alger dit avoir...

Une bonne nouvelle pour les professionnels du tourisme marocain

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani a affirmé, mardi 16 juin, devant la chambre des conseillers que le tourisme fait partie des secteurs économiques qui vont être relancés lors de la deuxième étape du...

Covid-19 : les mesures d’assouplissement seront actualisées chaque deux semaines

Les mesures d’assouplissement adoptées seront actualisées chaque deux semaines, a fait savoir jeudi, le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, mettant l’accent sur la nécessité d’adopter un processus d’allègement graduel et avec...

Maroc : l’utilisation du chalut de fond pour la pêche interdite

La loi relative à l’usage de chalut de fond dans les zones maritimes de la Méditerranée a été adoptée jeudi, en conseil de gouvernement.

Non rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger : "une atteinte grave à leur dignité"

Souad Chaouih, présidente de l’Association des Marocains en France (AMF) se désole du sort réservé aux Marocains bloqués à l’étranger à cause du coronavirus depuis plusieurs mois. Au micro de la chaîne de télévision TV5MONDE, tout en exigeant le rapatriement...

Conseil de gouvernement

La réorganisation de Casablanca Finance City approuvée

Le gouvernement a adopté un décret-loi portant réorganisation du pôle financier de la ville de Casablanca. C’était le jeudi 24 septembre, suite à l’exposé fait par le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, au cours du Conseil de...

Saâdeddine El Othmani s’inquiète de la situation épidémiologique

La rapidité avec laquelle évolue la situation épidémiologique au Maroc avec des centaines de contaminations chaque jour, inquiète les autorités. Le Chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, estime qu’il est nécessaire d’élever le niveau de prudence et de...

L’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 10 octobre au Maroc

Face à la recrudescence des cas de contamination au Covid-19, le gouvernement marocain a prolongé, mercredi, l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 octobre 2020.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 juillet

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin juillet, pour faire face à la prorogation du Covid-19 dans le pays.

Le nouveau dispositif de vente de billets risque de compromettre l’Opération Marhaba

Des dysfonctionnements sont notés dans la vente des billets aux Marocains résidant à l’étranger souhaitant se rendre au Maroc depuis le port d’Algésiras dans le cadre de l’opération Marhaba 2022. C’est du moins ce que révèlent des rapports parlementaires...