Maroc : le projet de loi anticorruption bientôt voté

24 janvier 2021 - 20h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

La commission de la législation de la première Chambre du Parlement vient de boucler l’examen détaillé du projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption. Gelé depuis début octobre, il devrait être adopté avant la fin de l’actuelle session parlementaire qui s’achève début février.

Le dernier délai du dépôt des amendements des groupes et groupements parlementaires est fixé au 2 février. Suivra le vote en commission, après le feu vert du gouvernement, puis l’adoption en séance plénière informe le quotidien Al Akhbar, indiquant que le projet de loi 46-19 a essuyé de vives critiques, aussi bien de la part des parlementaires, des juristes, que de l’opinion publique, tant, bien de ses clauses sont source de polémique. Par exemple, le pouvoir accordé aux membres et aux commissaires mandatés par l’instance pour entreprendre des investigations et enquêtes qui relèvent du domaine du pouvoir judiciaire, sans qu’ils aient qualité d’officier de police judiciaire.

Le texte en étude autorise en effet les membres de l’Instance ou ses commissaires à effectuer des investigations, mener des enquêtes et rédiger des PV. Ils ont également le pouvoir d’effectuer des visites d’inspection inopinées dans les locaux et sièges des personnes publiques et des locaux des organisations professionnelles du droit privé. Ce que n’approuvent pas du tout les parlementaires, tout comme les juristes qui relèvent qu’il empiète sur un domaine exclusivement réservé au pouvoir judiciaire, vu que les membres et commissaires de l’INPPLC n’ont pas qualité de police judiciaire.

Malgré tous ces griefs, le texte contient bien des avancées en matière de lutte contre la corruption, fait observer le quotidien qui indique que l’une de ses principales nouveautés, c’est une définition plus large de la corruption. Actuellement limitée à « tout crime de corruption, de trafic d’influence, de détournement et de concussion, tels que prévus par la loi en vigueur et tout autre crime de corruption prévu par des législations particulières », la définition de la corruption a été élargie à travers ce projet de loi de manière à inclure également « les infractions administratives et financières ».

Et puis, fait nouveau et de taille, le texte dote l’Instance du pouvoir d’autosaisine, lui permettant ainsi de donner son avis, de sa propre initiative. Ce que ne permet pas l’actuelle loi en vigueur selon laquelle, l’INPPLC ne peut donner d’avis sur « tout programme, mesure, projet ou initiative visant la prévention ou la lutte contre la corruption » qu’à la demande du gouvernement ou du Parlement.

Sujets associés : Droits et Justice - Corruption - Lois - Parlement marocain

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : un député condamné à 4 ans de prison pour malversations

Le président de la commune de Tanant, et député du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a été condamné par la Cour d’appel de Casablanca à quatre ans de prison ferme pour...

Rabat : pour des actes de mauvaise gouvernance, le ministère de l’Intérieur refuse de valider le budget annuel de la ville

Inexistence de l’inventaire de son patrimoine immobilier, des villas qui sont louées à 55 dirhams, des commerçants qui sous-louent les magasins de la mairie à des tiers …, la...

Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Le projet de loi relatif à l’Instance de la probité, adopté mardi par la commission de la justice à la première Chambre après plusieurs mois de blocage, sera probablement approuvé...

Lutte contre la corruption : l’INPPLC tient aux peines privatives de liberté

Aux yeux de l’Instance de probité, la lutte contre l’enrichissement illicite ne saurait se réduire à la seule et unique déclaration des biens. L’INPPLC plaide pour des réformes...

Nous vous recommandons

Droits et Justice

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de dirhams,...

Les ennuis judiciaires d’Alexandre Benalla continuent

Le juge d’instruction chargé d’enquêter sur l’affaire des violences du 1ᵉʳ mai 2018 à Paris a renvoyé en procès l’ancien collaborateur du président français Emmanuel Macron, Alexandre Benalla et trois autres...

Maroc : recherché, le maire d’Ajdir se rend à la police

Fait inhabituel à Ajdir, dans la province d’Al Hoceima. Le président de la commune s’est constitué prisonnier après avoir appris qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt.

Évasion à l’aéroport de Palma : les 22 Marocains arrêtés, libérés

Le tribunal provincial des îles Baléares a ordonné mercredi la libération des 22 migrants marocains arrêtés après s’être évadés de l’aéroport de Palma le 5 novembre 2021.

Condamné pour avoir émigré au Maroc en abandonnant sa famille à Monaco

Ruiné par la crise sanitaire liée au Covid-19, un chef d’entreprise a émigré au Maroc sans verser de pension alimentaire à sa petite famille à Monaco. La justice monégasque l’a condamné pour abandon de...

Corruption

Retrait du passeport d’un ancien ministre au gouvernement Benkirane

L’ancien ministre de la Fonction publique, Mohamed Moubdii, s’est vu confisquer son passeport, avec interdiction de quitter le territoire national. L’ancien membre du gouvernement d’Abdelillah Benkirane doit faire face à la justice suite aux irrégularités...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume...

Marrakech : deux ans de prison pour un adjoint au maire

Le tribunal de Marrakech a condamné mercredi, l’ancien adjoint au maire de la ville Mohamed Al Hour à deux ans de prison ferme assortis de 50 000 Dh d’amende pour dilapidation de deniers publics.

Six joueurs marocains de tennis suspendus pour matchs truqués

Le tennis marocain serait gangréné par la corruption et des matchs truqués. L’Agence internationale pour l’intégrité du tennis a suspendu provisoirement six joueurs marocains, pour dit-elle, préserver l’intégrité du tennis et la Fédération royale marocaine de...

Maroc : directeur de banque, mais surtout escroc

Le directeur d’une agence bancaire à Témara ainsi que son complice, un militaire, impliqués tous deux dans une affaire de falsification en échange de crédits bancaires, ont été placés lundi en détention préventive à la prison de...

Lois

Maroc : la fin du régime de retraite des parlementaires actée

Après de vives discussions sur le sujet de la retraite des députés, la décision est finalement prise. La commission des finances relevant de la Chambre des représentants a adopté lundi, les deux propositions de loi sur la liquidation des caisses de...

Maroc : un projet de loi pour inscrire l’Amazighe dans le livret de famille

Un projet de loi destiné à inscrire la langue amazighe dans l’état civil comme langue officielle du Royaume a été déposé par le parti de l’Istiqlal. Son usage dans les domaines de l’enseignement, la législation, l’information et l’administration figure parmi...

Le Maroc compte plus de 700  000 adultes toxicomanes

Le Maroc compte environ 700 000 adultes toxicomanes, dont une forte proportion de jeunes. C’est ce que révèle un rapport de la Commission spéciale pour le modèle de développement (CSMD) sur l’usage du cannabis au royaume où la prévalence de l’usage de...

Le Maroc modernise son état civil

Le ministère de l’Intérieur se dote d’un centre de données pour la gestion des naissances et des décès des Marocains et étrangers résidant au Maroc. Ceci dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle loi sur l’état civil adoptée par le parlement il y a...

Hausse des prix au Maroc : le Conseil de la concurrence menace

Dans un contexte de hausse des cours mondiaux, le Conseil de la concurrence a demandé à tous les acteurs économiques de respecter la libre concurrence, concernant la fixation des prix des biens, produits et...

Parlement marocain

Le parlement marocain va discuter du déconfinement

La stratégie du gouvernement pour conduire le Maroc vers le déconfinement, s’invite au cœur de la séance mensuelle consacrée aux questions de la politique générale, adressées au chef du gouvernement. Elle se tiendra le 18 mai à la Chambre des...

Le Maroc rejoint officiellement le club des fabricants d’armes

Un mois après la signature de l’accord de coopération militaire avec les États-unis, le projet de loi-cadre pour le développement d’une industrie nationale de l’armement vient d’être entériné par le parlement...

Vers la simplification des démarches pour les MRE ?

La mission exploratoire temporaire de la Chambre des représentants, qui a visité certaines représentations consulaires du Royaume, a présenté un rapport qui a été examiné mardi, en plénière. Le document recommande la simplification des démarches en matière...

Quotient électoral : le PJD crie au favoritisme

La bataille pour les législatives et les locales a démarré au Parlement. Remettant en cause le quotient électoral voté par la majorité des élus, le Parti justice et développement (PJD) a donné de la voix lundi, pour dénoncer ce qu’il estime être « un soutien...

Maroc : le parlement déterre une proposition de loi sur la protection de la langue arabe

Les députés marocains ont décidé de dépoussiérer une ancienne proposition de loi sur la protection de la langue arabe proposée par le PJD il y a plusieurs années. Son examen a déjà été programmé par la commission de l’enseignement, de la culture et de la...