Maroc : la lutte contre la corruption renforcée

7 janvier 2020 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc a fait de la lutte contre la corruption une priorité nationale. Dans ce sens, le royaume s’est doté d’un arsenal juridique sophistiqué et s’évertue également à mettre en œuvre plusieurs mesures de prévention et de répression, notamment l’adoption de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (2015-2025).

L’adoption de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (2015-2025), recommandée par la Convention des Nations unies contre la corruption, avec un référentiel pour chaque pays, a été réalisée en coordination avec tous les départements et secteurs concernés, a confié à la MAP, Ahmed Laamoumri, secrétaire général du Département de la réforme de l’administration au ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration.

Il a mis en avant un ensemble de projets portés par les différents départements ministériels et la société civile. À en croire Ahmed Laamoumri, cette stratégie nationale, dotée d’une commission présidée par le Chef du gouvernement, vise à renforcer la probité et à réduire les actes de corruption d’une manière "très visible" à l’horizon 2025.

Pour sa part, le président de l’Instance nationale de la probité de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC), Mohamed Bachir Rachdi, a fait savoir que l’étude des dernières politiques et des mesures de lutte contre la corruption a permis de constater un décalage entre les efforts fournis et les résultats ressentis. En d’autres termes, l’approche segmentée ne répondait pas aux attentes.

"Un développement soutenu, inclusif et durable ne peut exister en présence d’une corruption répandue. Il est ainsi fondamental que l’action contre la corruption soit garantie pour endiguer le phénomène et le réduire de manière très forte", a martelé le président de l’INPPLC.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Instance nationale de probité et de lutte contre la corruption

Aller plus loin

Marrakech, ville la plus corrompue

La ville de Marrakech est la ville la plus touchée par la corruption en 2018 alors que Béni-Mellal ne totalise seulement que deux cas, indique un récent rapport du ministère...

Le projet de loi relatif à l’Instance de lutte contre la corruption présenté au parlement

Le ministre de l’Économie, des Finances a présenté le projet de loi n° 19-46 relatif à l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption....

Maroc : des hauts fonctionnaires accusés de corruption

Suite à de nombreuses plaintes d’entrepreneurs sur fond d’accusations de corruption, le Ministère de l’Intérieur enquête sur des marchés publics de wilayas et de provinces,...

Combien coûte la corruption au Maroc ?

Fléau de la société marocaine, la corruption coûte chaque année plusieurs dizaines de milliards de dirhams à l’économie nationale et donc aux Marocains. Qui en est responsable ?...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.