Le Maroc muscle son arsenal juridique contre le blanchiment d’argent

30 mai 2021 - 07h20 - Economie - Ecrit par : S.A

Le Maroc vient de relever un grand défi, celui de rendre son arsenal juridique conforme aux recommandations présentées par le Groupe d’action financière (GAFI), et aux normes qui en découlent. La Chambre des représentants a adopté le 26 mai le projet de loi N°12.18 modifiant et complétant le Code pénal et la loi N°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux.

L’adoption par la Chambre des représentants du projet de loi N°12.18 modifiant et complétant le Code pénal et la loi N°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux permet au Maroc de faire un grand pas dans la lutte contre le blanchiment des capitaux. Le projet a pour objectif le suivi des fonds illicites et les saisir. Cette loi permettra également de conformer la législation nationale aux normes internationales adoptées par le Groupe d’action financière (GAFI) et de corriger les insuffisances de la législation actuelle.

Ce projet entrera en vigueur après sa publication au Bulletin officiel. Mais, les dispositions du premier paragraphe de l’article 38 liées à la compétence de certaines juridictions en termes de blanchiment, entreront en vigueur après la publication du texte réglementaire indiqué dans le même article.

C’est le quatrième amendement du Code pénal depuis son entrée en vigueur en 2007, fait savoir Al Akhbar. Celui-ci se distingue des amendements de 2011, 2013 et 2015 de par ses spécificités. Le projet de loi 12.18 modifiant et complétant le Code pénal et la loi 43.05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux prévoit des sanctions disciplinaires, notamment la suspension temporaire, l’interdiction ou la limitation de l’exercice de certaines activités ou de prestation de certains services.

Sujets associés : Blanchiment d’argent - Parlement marocain

Aller plus loin

Sebta : les jeux de paris génèrent du blanchiment d’argent au Maroc

Les jeux d’argent en ligne ne sont pas réglementés à Sebta, ce qui fait de la ville autonome l’une des destinations préférées des sociétés pour proposer cette offre, mais...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment des capitaux se renforce

Le Maroc renforce constamment sa lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Dernier acte en date : l’adoption en conseil de gouvernement du projet...

Blanchiment des capitaux au Maroc : les parquets rappelés à l’ordre

En dépit de la note du ministère public en 2019 sur le Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme (LBCT), plusieurs parquets continuent de tordre le cou à la loi. Or,...

Cannabis et lutte contre le blanchiment de capitaux : le parlement marocain vote deux lois

Deux projets de loi portant sur les usages illégaux du cannabis et la lutte contre le blanchiment de capitaux ont été votés mercredi dernier. Ces votes ont eu lieu au cours...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Blanchiment d’argent : le Maroc attend toujours la décision du GAFI

Le Groupe d’action financière (GAFI), organisme international de lutte contre le blanchiment d’argent a annoncé que la décision de faire sortir le Maroc de la liste grise n’est pas encore prise. Les bonds qualitatifs du pays ont, affirme-t-on, été...

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Maroc : des barons de la drogue profitent de la légalisation de la culture du cannabis

La récente légalisation de la culture du cannabis à usage thérapeutique au Maroc serait déjà source de malaise. Des observateurs alertent sur la survie de la filière, évoquant des craintes de blanchiment d’argent par des barons de la drogue.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.