Blanchiment des capitaux au Maroc : les parquets rappelés à l’ordre

20 mai 2021 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

En dépit de la note du ministère public en 2019 sur le Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme (LBCT), plusieurs parquets continuent de tordre le cou à la loi. Or, le Maroc a besoin de son strict respect pour obtenir son ticket de sortie de la liste grise du GAFI, d’où le rappel à l’ordre strict du ministère public.

En raison du rapport de l’année 2020 en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et financement du terrorisme, défavorable au Maroc, la présidence a appelé les parquets au respect scrupuleux de la circulaire de novembre 2019. Ainsi, plus d’un an après la publication de cette circulaire, son application variait d’un parquet à un autre. Pour constat, certains parquets n’ont pas envoyé les copies des procédures réalisées dans les affaires de blanchiment de capitaux et financement du terrorisme au Ministère public à Rabat, surtout s’il s’agit d’éléments sur la suspicion de crimes financiers ou lors de la saisie des produits frauduleux ou de grandes sommes d’argent ou de crimes transfrontaliers.

Par ailleurs, sur tous les parquets, seuls 10 relevant de tribunaux d’appel ont réalisé des investigations dans ce sens, mais 11 ne l’ont pas fait. De plus, seuls trois parquets ont envoyé des demandes d’informations à l’Unité de Traitement du Renseignement Financier (UTRF), sans oublier que plusieurs parquets ne mettent pas en application les procédures de coopération internationale et font juste des investigations sur le territoire national, quand bien même certaines affaires concernent des étrangers ou des capitaux et des personnes résidant à l’étranger.

Vu que toutes ces négligences ou défaillances entravent le Maroc dans sa sortie de la liste grise du GAFI, la présidence du Ministère public somme tous les parquets à respecter strictement la circulaire de 2019 liée au blanchiment de capitaux, afin de permettre au royaume de refaire son image.

Sujets associés : Terrorisme - Droits et Justice - Alerte - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Blanchiment d’argent au Maroc : l’appel de l’ONDH aux institutions

L’Observatoire du Nord des Droits de l’Homme (ONDH) dénonce des « opérations suspectes de blanchiment d’argent par des réseaux de drogue et des mafias qui opèrent entre le Maroc...

Le Maroc muscle son arsenal juridique contre le blanchiment d’argent

Le Maroc vient de relever un grand défi, celui de rendre son arsenal juridique conforme aux recommandations présentées par le Groupe d’action financière (GAFI), et aux normes...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment des capitaux se renforce

Le Maroc renforce constamment sa lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Dernier acte en date : l’adoption en conseil de gouvernement du projet...

Le Maroc va muscler son arsenal juridique contre le blanchiment d’argent

Le projet de loi n°12-18 modifiant et complétant le code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux, est actuellement sur la table des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....