Maroc : la loi sur la corruption divise les députés

4 janvier 2021 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le projet de loi déposé par l’Instance nationale de la lutte contre la corruption ne fait pas l’unanimité au sein du Parlement. Les députés ne parviennent pas à accorder leurs violons sur toutes les dispositions prévues par le texte.

Les débats seront davantage houleux les jours à venir au Parlement, au sein de la Commission de la législation, notamment. Et pour cause  ! Plusieurs dispositions contenues dans le Projet de loi déposé par l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC), ne semblent pas recevoir l’adhésion de plusieurs élus, dont notamment ceux du PAM, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

En effet, sur la demande du groupe parlementaire du PAM et du groupement du PPS, cette Commission avait reporté la séance de la semaine dernière. Il faut rappeler que le PAM s’était fortement opposé, lors du débat général, au projet de l’INPPLC. Si le président de l’Instance, Bachir Rachidi, et les autres secteurs concernés, notamment le parquet général ont marqué leur accord pour ce Projet, le PAM a clairement étalé son désaccord, souligne la même source. Abdellatif Ouahbi, député et secrétaire général du PAM, s’oppose notamment à l’idée que les bureaux des avocats puissent être inspectés par les commissaires de l’INPPLC, tout en excluant les tribunaux et les postes de police.

Pour sa part, la députée Boutaina Karouri a relevé que ce Projet de loi renvoie à une notion globale de la corruption et ne se contente donc pas de celle figurant dans le code pénal, pour englober l’article 36 de la Constitution. Toutefois, reconnaît-elle, «  c’est une avancée importante, notamment concernant la disposition qui permet à l’INPPLC d’engager une lutte spontanée contre la corruption  ». Par ailleurs, pour la députée, ce projet qui prévoit également la création de représentations régionales de l’INPPLC pour une meilleure lutte contre la corruption, «  permettra aux citoyens de déposer des plaintes auprès des annexes régionales proches de chez eux  ». En clair, selon cette élue, «  ce projet de loi sera un mécanisme important qui contribuera, de manière énergique, à la lutte contre la corruption, sachant que cette institution bénéficiera désormais des garanties et des attributions nécessaires pour son bon fonctionnement  ».

Même s’il divise actuellement au sein de la Commission de la législation, ce Projet de loi qui se veut le fruit de longues négociations, permettra de lutter plus qu’hier, contre la corruption, qui «  fait perdre à l’État 5 à 7% du PIB  », selon le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Saâdeddine El Othmani - Abdellatif Ouahbi

Aller plus loin

Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Le projet de loi relatif à l’Instance de la probité, adopté mardi par la commission de la justice à la première Chambre après plusieurs mois de blocage, sera probablement...

Contrôle financier : les États-Unis enquêtent sur le Maroc

Le Maroc est une zone grise du contrôle des flux financiers. C’est ce que révèle l’enquête Fincen Files basée sur des documents secrets reçus par le média américain BuzzFeed News.

Loi anti-corruption : le parlement marocain sort bientôt la grande artillerie

Le Maroc entend se doter d’un dispositif anti-corruption musclé. Le projet de loi portant sur l’instance de la probité est déjà sur la table des députés et ne devrait...

Casablanca : débat houleux entre des partis au sujet du restaurant la Sqala

Lors de la réunion du conseil de Casablanca tenue vendredi dernier, le prix de location du restaurant la Sqala a fait l’objet de discussions entre les membres du parti de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.