« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

6 mai 2023 - 13h56 - Culture - Ecrit par : A.P

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Dans ce premier ouvrage, Marouane Bakhti raconte l’histoire d’un jeune homme qui a quitté la campagne pour une vie tourmentée à Paris et qui écrit pour livrer « une chasse aux hontes et aux fantômes sylvestres ». S’agirait-il d’une autobiographie ? « Je n’ai jamais cherché à définir mon récit sous ces termes-là. Justement, cette tension permanente entre les faits advenus et la fiction nourrit mon écriture. Pour commencer ce que j’ai décidé d’appeler « roman », j’ai sauté dans cet inconnu, cette zone floue, ce marécage qui existe entre la littérature et la vie réelle. […] Mes souvenirs sont une matière comme une autre pour faire un livre », clarifie Bakhti dans un entretien à Diacritik.

À lire : Discrimination, intégration, identité : des Espagnols d’origine marocaine en parlent

Le roman exprime un désamour du rural et la difficulté d’un adolescent à vivre à la campagne dans ce 21ᵉ siècle. « C’est vrai, le roman raconte une rupture avec la campagne. Le narrateur formule un refus adolescent et en ce sens, catégorique, de ses origines rurales. Il grandit entouré par des gens qui ne comprennent rien à sa double culture, à sa masculinité bizarre, à son désir pour les autres garçons… Il fait donc le choix radical du départ. Il rompt, dans le même temps, avec sa famille aux cultures mélangées. C’est évidemment un échec. On ne devient pas soi-même en abandonnant les siens. Encore plus lorsque l’on est membre d’une diaspora, rompre avec sa famille signifie perdre tout accès à sa culture d’origine », détaille-t-il.

À lire : Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Dans l’ouvrage, l’auteur développe aussi une thématique d’actualité : l’homosexualité et la difficulté à la vivre. Il parle de « la peur d’être pris en flagrant délit de désir, d’être démasqué, au fond du ventre, de faire un faux pas qui nous plongerait dans l’embarras. Dans sa famille, le personnage connaît surtout le silence et la honte. Les siens sont dans l’impossibilité d’imaginer sa différence, de la caractériser, de poser des mots sur son désir… Les jeunes garçons qui s’ennuient peuvent être redoutables. Comment sortir du monde, c’est aussi comment s’émanciper de la hshouma. J’aime imaginer que c’est un sentiment possible à éradiquer ».

À lire : Premier roman pour la maroco-espagnole Meryem El Mehdati

Comment faire son coming out de l’homosexualité, de ses origines et du religieux ? C’est, au fond, la trame de « comment sortir du monde ? ». « C’est un titre qui m’est venu comme ça parce qu’il recouvre tous les questionnements du personnage. Finalement, c’est une phrase très ironique, car le personnage ne fait pas de coming-out à proprement parler », déclare l’auteur. Et d’ajouter : « Qu’est-ce qu’une masculinité « arabe » ? Voilà les grandes questions auxquelles se heurte le personnage du père. En fait, beaucoup de parents issus de l’immigration tentent de préserver leur culture d’origine. Ils racontent à leurs enfants des cultures stéréotypées à partir de leurs souvenirs ou de leurs fantasmes. Le père craint d’élever un fils trop français, déconnecté de sa culture d’origine ».

Sujets associés : Livres - Intégration - Homosexualité Maroc - MRE

Aller plus loin

Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Le livre de l’écrivaine marocaine Fatima Ezzahra Amezgar, « Journal d’une lesbienne », a été retiré du Salon international du livre et de l’édition qui s’est tenu en juin à...

Mina El Hammani dénonce les discours de haine envers les immigrés en Espagne

L’actrice marocaine, Mina El Hammani, est devenue célèbre en Espagne à l’âge de 24 ans, après des années d’effort et de sacrifice, deux valeurs que lui ont inculqué ses parents....

Premier roman pour la maroco-espagnole Meryem El Mehdati

D’origine marocaine, Meryem El Mehdati vient de publier Supersaurus. Dans son livre, celle qui a grandi à Puerto Rico aux îles Canaries, dénonce entre autres les discriminations...

Discrimination, intégration, identité : des Espagnols d’origine marocaine en parlent

Le romancier Youssef el Maimouni, la dessinatrice et illustratrice Nadia Hafid et la rappeuse et écrivain Miss Raisa, tous Espagnols d’origine marocaine, mais de générations et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette situation selon les professionnels.

Eurovision : triomphe de Loreen, doigt d’honneur pour la Zarra (photo)

La Suédoise Loreen a triomphé au Concours de l’Eurovision de la Chanson avec sa mélodie intitulée “Tattoo”, inscrivant ainsi une nouvelle page dans les annales du concours. La chanteuse d’origine marocaine a remporté la compétition pour la deuxième...

Le gouvernement « bannit » les MRE d’Internet

L’un des seuls canaux de communication officiel du gouvernement marocain à destination des Marocains du monde n’est plus en ligne, du moins à l’heure où sont écrites ces lignes.

MRE : puis-je introduire un bateau de plaisance au Maroc ?

Dans son Guide dédié aux Marocains résidant à l’Étranger (MRE), l’Administration des Douanes et des impôts indirects (ADII) évoque l’introduction des bateaux de plaisance. Voyons en détail les différentes questions qui peuvent être posées.

Vers une forte progression des transferts des MRE

Bank Al-Maghrib (BAM) est persuadée que les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient poursuivre la tendance à la hausse amorcée depuis le début de l’année.

Marhaba 2022 : un parti espagnol accuse Balearia d’augmenter ses prix

Le député et porte-parole de Ceuta Ya !, Mohamed Mustafa, a accusé Balearia d’augmenter les prix des billets de ferry en pleine Opération Marhaba.

MRE : voici ce qui est interdit d’importer au Maroc

Chaque année, des millions de MRE rentrent au Maroc, notamment durant les vacances d’été. Par tradition, ils apportent des cadeaux pour la famille. Mais attention : la douane veille sur certains produits interdits ou d’autres qui nécessitent une...

Plus de trois millions de touristes au Maroc en deux mois, grâce aux MRE

Durant les mois de juin et juillet derniers, les aéroports marocains ont enregistré au total 3,2 millions de touristes, soit un taux de récupération de 100 % par rapport à la période d’avant-Covid.

Le portefeuille des Marocains du monde aiguise des appétits

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a appelé à renforcer le cadre législatif de la diaspora marocaine. Depuis, la majorité gouvernementale se dispute le portefeuille des Marocains...