Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

12 juillet 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le livre de l’écrivaine marocaine Fatima Ezzahra Amezgar, « Journal d’une lesbienne », a été retiré du Salon international du livre et de l’édition qui s’est tenu en juin à Rabat au Maroc, un pays où l’homosexualité n’est pas tolérée. La nouvelle a suscité une polémique qui a boosté les ventes du livre et changé le visage de la communauté LGBT+ dans le royaume.

L’ouvrage raconte l’histoire d’une Marocaine de famille modeste, Titima, qui a été victime de viol pendant son enfance et donnée en mariage à l’âge 17 ans à un homme qu’elle n’aime pas, duquel elle finit par divorcer après avoir découvert son homosexualité. C’est alors qu’elle commence à défier son entourage et exprimer ses points de vue sur la religion et les coutumes au Maroc où le Code pénal condamne l’homosexualité à une peine allant jusqu’à trois ans de prison.

L’auteure du livre, l’écrivaine marocaine de 25 ans, Fatima Ezzahra Amezgar, dénonce les pressions menées sur les organisateurs de l’événement pour qu’ils retirent son livre du Salon, juste avant une séance de dédicace. « Si aujourd’hui ils défendent l’homosexualité, demain on lira les mémoires des personnes qui ont des relations sexuelles avec leurs sœurs, leurs mères ou leurs filles… », a réagi le leader salafiste, Hassan el Kattani, sur sa page Facebook, tentant de justifier la décision des autorités.

À lire : Le Maroc, pays à éviter pour les homosexuels

Le ministère de la Culture, pour sa part, a expliqué que le roman de Fatima a été retiré parce qu’il n’aurait pas été régulièrement enregistré sur la liste des ouvrages à exposer lors du Salon. « Les arguments avancés par le ministère sont infondés et sa décision est illégale », a déclaré à EFE, l’écrivaine et professeure d’arabe dans un lycée de Casablanca, sa ville natale. « Il serait illogique de censurer l’ouvrage. Aujourd’hui, tout passe sur les réseaux sociaux qui ne peuvent être surveillés », a déclaré le président du Conseil national des droits de l’homme, laissant entendre que le livre pourrait circuler malgré sa censure officielle.

« Je l’ai écrit pour défendre la coexistence. J’ai été choqué quand j’ai découvert l’hostilité de la société envers les membres de la communauté LGTB+ », a souligné Fatima, invitant les institutions et les responsables politiques marocains à légiférer en faveur de la population LGBT+. Après cette polémique, le livre est devenu un best-seller dans le royaume. L’auteure prévoit des traductions en plusieurs langues. Elle travaille déjà sur un autre roman basé sur des dialogues entre prisonniers et intitulé « Femmes castrées ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Livres - Salon - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Le témoignage des Marocains obligés de vivre leur homosexualité en France

Les restrictions de la loi pénalisant l’homosexualité, les pressions et le regard de la société, le rejet familial, poussent de nombreux homosexuels à fuir le Maroc afin de...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc...

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Une école française dans le collimateur de la justice marocaine

Le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête sur une école de mission française que des parents accusent d’avoir présenté à leurs enfants des informations sur l’homosexualité...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Nicole Kidman dans l’adaptation du livre « Chanson douce » de Leïla Slimani

Un thriller basé sur le roman de l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, intitulé La nounou parfaite (chanson douce, titre original) devrait être produit par l’actrice et réalisatrice australo-américaine Nicole Kidman. HBO développera La nounou...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.