Une école française dans le collimateur de la justice marocaine

5 avril 2023 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le parquet a ordonné l’ouverture d’une enquête sur une école de mission française que des parents accusent d’avoir présenté à leurs enfants des informations sur l’homosexualité dans un pays, où elle est interdite et punie par la loi.

Une affaire qui fait grand bruit au Maroc depuis décembre 2022. Une enseignante de l’école Honoré de Balzac à Kénitra, faisant partie des établissements de la mission française à l’étranger, « présentait des informations sur l’homosexualité et les tendances anormales et diffusait des idées insultantes sur les personnalités et les symboles de l’islam qui affectent la croyance religieuse des enfants, et les appelle à accepter les conceptions à caractère homosexuel et à diffuser des perceptions faisant l’éloge des relations entre personnes du même sexe », fait savoir Abderrahim Jamai, avocat des parents dans une déclaration faite à la presse locale.

À lire : Quel regard les Marocains portent-ils sur l’homosexualité et les rapports extra-conjugaux ?

Aux yeux des parents des élèves, il s’agit d’une « agression grave contre les enfants, affectant leur identité culturelle, leur environnement sociétal et leur stabilité psychologique, en plus d’être des sujets qui ne conviennent pas à leur âge et ils sont incapables de discuter de ses significations, de comprendre ses dimensions ou d’exprimer une opinion à son sujet », a ajouté l’avocat, précisant que les enfants concernés ont moins de 10 ans, « ce qui en fait une exploitation odieuse de leur enfance. » « Un crime contre eux et une déviation pédagogique de l’enseignante envers des enfants qui ont besoin d’un accompagnement approprié », s’est-il indigné.

À lire :Maroc : le responsable d’un ministère viré pour avoir « promu » l’homosexualité

Des parents d’élèves ont signalé l’incident à l’administration de l’école. Mais ils ont « perdu patience » après que l’administration de l’école est « restée silencieuse et indifférente pour mettre fin au comportement de l’enseignante concernée, et ont porté l’affaire devant les autorités judiciaires de Kénitra au début de l’année en cours », afin de « protéger les écoliers », a expliqué Abderrahim Jamai. Celui-ci a par ailleurs fait savoir que le parquet a repris le dossier et a ouvert les procédures préliminaires, « ce qui a rassuré les parents et les familles qui, malgré cela, vivent avec une grande anxiété après le comportement de l’enseignante et de l’administration de l’école, en raison des répercussions sur l’avenir psychologique et scolaire de leurs enfants. »

Sujets associés : France - Education - Enquête - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Sahara marocain : une école française sous les critiques

Alors que les États-Unis ont reconnu la marocanité du Sahara et dévoilé la carte officielle du Maroc intégrant le Sahara, les lycées français continuent d’utiliser l’ancienne...

Maroc : les responsables d’une école française « se vengent » des parents d’élèves

Le torchon brûle entre les responsables d’une école française et des parents d’élèves. Les premiers se sont vengés des seconds en infligeant une sévère punition aux élèves. Les...

Maroc : rebondissement dans l’affaire de l’enseignante française virée pour avoir « promu » l’homosexualité

Contre toute attente, l’enseignante française de l’école Honoré de Balzac de Kénitra virée suite à une plainte de parents d’élèves qui l’ont accusée d’avoir présenté des...

Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Le livre de l’écrivaine marocaine Fatima Ezzahra Amezgar, « Journal d’une lesbienne », a été retiré du Salon international du livre et de l’édition qui s’est tenu en juin à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.