Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

27 septembre 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Meg Ten Eyck conseille aux voyageurs LGBT de se renseigner avant tout sur les lois du pays à visiter sur l’homosexualité. Elle leur recommande d’utiliser des guides comme celui-ci de The Globetrotter Guys et d’autres blogueurs LGBT pour obtenir des informations plus détaillées le pays. Elle conseille de faire ce travail de recherche en amont, parce que les politiques locales et les opinions sociales sur l’homosexualité peuvent ne pas être les mêmes. À titre d’exemple, elle cite le cas du Maroc et la Russie. « Dans certains endroits comme la Russie ou le Maroc, des actions banales comme se tenir la main, demander un lit double dans un hôtel, se toucher et s’embrasser peuvent être considérées comme des manifestations publiques », a affirmé Meg Ten Eyck.

À lire : L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

« Dans certains pays, ces actions sont illégales et les conséquences peuvent aller d’une amende à l’emprisonnement en passant par la peine de mort. Pour ne pas être trop sensationnaliste ici, il y a beaucoup de gens qui ont voyagé dans des pays anti-LGBT et pour qui cela s’est très bien passé. Il y a aussi des gens qui n’ont pas eu cette chance. C’est une situation au cas par cas », a-t-elle ajouté.

À lire :Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Au Maroc, l’homosexualité est réprimée d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison ferme par l’article 489 du Code pénal qui punit « quiconque commet un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe ». Un homosexuel peut encourir des peines de prison allant de 6 mois à 3 ans ou des amendes de 120 à 1200 dirhams soit 11 à 110 euros.

Sujets associés : Homosexualité Maroc

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Amir Ohana, premier président du parlement d’origine marocaine nommé en Israël

Depuis jeudi, Amir Ohana, d’origine marocaine, est devenu le président de la Knesset, le Parlement israélien. C’est la première fois que la gestion de l’institution est confiée à...

Maroc : le responsable d’un ministère viré pour avoir « promu » l’homosexualité

Au Maroc, un responsable du ministère des Habous et des Affaires islamiques a été licencié pour avoir utilisé le terme « orientation sexuelle » dans les documents utilisés pour...

Rihab raconte sa vie de bisexuelle au Maroc (vidéo)

L’homosexualité reste un sujet tabou au Maroc, pays où l’on peut écoper d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison pour des relations contre nature (article 489 du code...

L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

Nabil (nom d’emprunt) est un Marocain de 42 ans qui dit avoir été violé par un oncle à l’âge de 10 ans, renié par sa famille, persécuté et emprisonné plus tard au Maroc pour son...

Nous vous recommandons

Homosexualité Maroc

Maroc : une soirée arrosée se termine par un drame

Le cadavre du gardien d’une ferme, assassiné par ses amis en juillet dernier a été découvert trois mois plus tard. A l’origine de ce drame un différend lors d’une soirée arrosée, organisée en l’absence du patron des...

Les excuses de Sofia Taloni

L’influenceuse transsexuelle marocaine résidant en Turquie, Sofia Taloni, qui s’est lancée dans une campagne de dénigrement contre la communauté LGBT au Maroc, s’est confondue en excuses, mercredi 15 mai, pour avoir "encouragé ses abonnés à télécharger des...

Un couple espagnol de grimpeurs pro-LGTBI crée un nouveau parcours au Maroc

Le couple de grimpeurs et militants LGTBI, Jaume Peiró et Álex González, de Pobla de Vallbona (Valence), ont lancé un nouveau parcours dénommé « Queer Action » dans le Haut-Atlas marocain.

Au Royaume-Uni, un homosexuel marocain défend les droits LGBT et BAME

Abderrahim El Habachi, un jeune Marocain de 28 ans qui avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle milite aujourd’hui pour les droits LGBT et BAME, « les gens de couleur » au pays des Galles, où il s’est installé en...

16 % des homosexuels marocains militent au sein de partis politiques

Les homosexuels marocains militent dans des partis politiques et des associations de défense des droits humains. 16 % d’entre eux sont très actifs dans des partis politiques même si leur rejet reste de mise, selon une récente...