Covid-19 : le Maroc côtoie un reconfinement

30 mars 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

À quand l’allègement réel des mesures restrictives au Maroc ? Alors que les Marocains s’attendaient à démarrer le mois du Ramadan avec une certaine liberté, El Othmani met en garde contre une troisième vague de la pandémie du Covid-19, tout aussi dangereuse que les deux précédentes.

Le retour à une vie normale dépend de la réussite de la campagne de vaccination. Mais avec la rareté du vaccin, les Marocains doivent continuer à respecter les mesures de sécurité sanitaires. Il y a quelques mois, le ministre de la Santé avait annoncé qu’il y avait de fortes chances que les Marocains puissent passer un mois de Ramadan « normal ». Selon le quotidien Al Akhbar, El Othmani a précisé que les deux dernières semaines ont connu une hausse sensible des cas de contamination, et que le Maroc a enregistré un nombre inquiétant de cas graves. Pourtant, après quelques jours de vaccination, il y avait comme une sorte d’accalmie.

Avec cette mise en garde, tout laisse penser qu’un confinement partiel se profile à l’horizon avec pour conséquence l’annulation des prières rogatoires (Taraouih). Le couvre-feu nocturne actuellement en vigueur risque d’être maintenu. Le Maroc avait prévu boucler la campagne de vaccination avant le Ramadan, mais les fournisseurs de vaccins n’ont pu aider à atteindre cet objectif. Bien de pays européens embarqués dans une troisième vague ont eu le même souci. La vigilance et le respect des mesures préventives doivent être de mise.

Face au relâchement observé au niveau de la population, Taieb Himdi, médecin et spécialiste de la politique sanitaire s’inquiète mais pense que le Maroc est capable d’éviter une troisième vague si la population fait preuve de responsabilité et de patriotisme. « Pour ne pas revenir à la case départ, il faut rester vigilant et maintenir les mesures de prévention », souligne à son tour le professeur Azzeddine Ibrahimi, directeur du Laboratoire de biotechnologie à la Faculté de médecine de Rabat. Pour ce dernier, il faut continuer à porter le masque, respecter la distanciation physique et se laver les mains au savon ou utiliser les solutions hydro-alcooliques.

Le professeur Ibrahimi explique que, grâce à la politique qu’il a menée jusque-là, le Maroc fait aujourd’hui face à un « Covid-19 light ». Et, d’après lui, « si l’on patiente encore quelques mois, en respectant les trois règles de base, nous pourrons espérer sortir complètement de la crise et revenir à la vie normale d’ici le début de l’été ».

Sujets associés : Santé - Saâdeddine El Othmani - Ministère de la Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Vaccin anti-Covid : l’administration de la première dose suspendue au Maroc

Le Maroc est quasiment au bord de la rupture de son stock de premières doses du vaccin anti-Covid. En attendant l’arrivée des doses supplémentaires du vaccin chinois Sinopharm...

AstraZeneca met à mal la campagne de vaccination au Maroc

Le Maroc, le Brésil et l’Arabie saoudite recevront en retard les prochaines livraisons d’AstraZeneca. Cette annonce a été faite par le Serum Institute of India (SII), fabricant...

La situation épidémiologique au Maroc devient « inquiétante »

La situation épidémiologique au Maroc devient de plus en plus critique. Depuis deux semaines, les signaux sont au rouge, avec une augmentation de 15 % des nouveaux cas positifs....

Le Maroc craint une 3e vague de coronavirus

Après quelques jours d’accalmie, les cas d’infection au Covid-19 ont augmenté de 6,4 % pendant les deux dernières semaines au Maroc. L’annonce a été faite mardi, à Rabat par le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Twitter sanctionne Saâdeddine El Otmani

L’ancien chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani fait parler de lui, mais en des termes peu reluisants, en faisant sur Twitter le lien entre la variole du singe et l’homosexualité.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 août, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.