Le criquet marocain menace les récoltes de blé en Afghanistan, alerte la FAO

31 mai 2023 - 14h30 - Monde - Ecrit par : A.P

Selon le Bureau régional pour l’Asie et le Pacifique de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le criquet marocain pourrait ravager les champs de blé en Afghanistan cette année et entraîner des pertes allant jusqu’à un quart de la récolte annuelle totale, soit 700 000 à 1,2 million de tonnes.

La FAO alerte sur le retour massif de criquets marocains dans huit provinces du nord (Badakhchan, Badghis, Baghlan, Balkh, Kondoz, Samangan, Sar-e Pol et Takhar) et du nord-est (Hérat et Ghor) de l’Afghanistan, principales régions de culture du blé du pays, où des acridiens à différents stades de développement ont été observés. Une situation qui « préoccupe » l’organisation, d’autant que « le criquet marocain mange plus de 150 espèces de plantes, y compris des arbres, des pâturages et 50 cultures vivrières, qui poussent toutes en Afghanistan ».

À lire : La question de l’invasion de criquets marocains arrive au Parlement européen

Pour Richard Trenchard, le représentant de la FAO en Afghanistan, le criquet marocain « représente une énorme menace pour les agriculteurs, les communautés et le pays tout entier ». L’expert rappelle que les deux dernières grandes invasions de ces insectes enregistrées en Afghanistan « il y a 20 et 40 ans, ont coûté, selon les estimations, 8 et 25 % de sa production annuelle totale de blé », ajoutant que cette résurgence des criquets marocains risque de ruiner les prévisions de récolte de cette année, « les meilleures depuis trois ans », et « d’aggraver considérablement l’insécurité alimentaire plus tard dans l’année, ainsi que l’année prochaine ».

À lire : Sud du Maroc : alerte à l’invasion des criquets

Selon les prévisions, une invasion de grande ampleur cette année pourrait entraîner des pertes allant de 700 000 à 1,2 million de tonnes de blé, soit 280 à 480 millions de dollars de pertes. Pour l’expert, les conditions sont favorables pour une invasion de criquets cette année, soulignant la sécheresse, le surpâturage, une lutte antiacridienne très limitée et des précipitations « parfaites » (environ 100 mm) pour les criquets, en mars et avril. « La sonnette d’alarme a été tirée tardivement, mais la FAO et ses ONG partenaires, ainsi que les populations et les autorités locales ont immédiatement réagi », a indiqué Trenchard.

À lire : Les cultures espagnoles dévastées par des criquets pèlerins marocains

Pour maîtriser la menace, « nous avons été contraints de miser sur des méthodes de lutte traditionnelles “mécaniques” » pour tuer les bandes larvaires avant qu’elles ne deviennent adultes, détaille le représentant de la FAO. Et de renchérir : « Les méthodes de lutte chimique sont bien plus efficaces que la lutte mécanique. Le système de lutte antiacridienne de l’Afghanistan, très efficace jadis, s’est fortement dégradé au cours des deux dernières années. Nous espérons que les méthodes de lutte mécanique réduiront l’impact global des essaims pour éviter des invasions encore plus importantes en 2024 ».

Sujets associés : Agriculture - Afghanistan - FAO - Alimentation

Aller plus loin

Les cultures espagnoles dévastées par des criquets pèlerins marocains

Les cultures et les entreprises d’élevage à Badajoz, dans le sud-ouest l’Espagne, ont été envahies et dévastées par des criquets marocains, également connus sous le nom de...

La question de l’invasion de criquets marocains arrive au Parlement européen

Le député européen Ignazio Corrao a adressé une question avec demande de réponse écrite à la Commission européenne au sujet de l’invasion de criquets marocains en Sardaigne et...

Sud du Maroc : alerte à l’invasion des criquets

L’Office national de lutte antiacridienne à Ait Melloul a mobilisé des avions pour contrer les essaims de criquets qui envahissent une partie de la province de Tata.

L’invasion des criquets pèlerins : le Maroc doit se préparer au pire

Le changement climatique pourrait provoquer des invasions de criquets pèlerins plus importantes et plus graves au Maroc. C’est ce que révèle une étude réalisée par des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Le Roi appelle à combattre les spéculateurs

Dans son discours adressé aux Marocains à l’occasion de la fête du Trône, le Roi Mohammed VI a appelé à une lutte efficace contre les spéculations et la manipulation des prix.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Les prix de l’huile de table commence à baisser au Maroc

Le groupe Lesieur Cristal a annoncé une baisse de 15 % des prix de ses produits d’huile de table à base de tournesol, aussi bien pour les consommateurs que pour les industriels.