L’Etat islamique menace d’envahir Rabat et d’instaurer un califat au Maroc

18 février 2015 - 11h41 - Ecrit par : J.L

"Nous allons bientôt frapper la capitale Rabat et nous allons instaurer un califat au Maroc...", menace Mohamed Hamdouch, un djihadiste marocain originaire de la ville de Fnideq et combattant dans les rangs de l’organisation terroriste "Daech" en Syrie.

Les autorités marocaines prennent très au sérieux la menace terroriste, affirme le quotidien Akhbar Al Yaoum. Les services secrets espagnols mettent également en garde Rabat contre les menaces du terroriste marocain, plus connu sous son pseudonyme "kokito Castillejos".

Selon le dernier rapport de l’expert espagnol en mouvements djihadistes José Maria Gil Garre, réalisé pour le compte du "Global Security Institute", "ce terroriste concentre ses messages principalement sur le Maroc". En clair, il fait une véritable fixation sur le Maroc, nous explique un expert marocain en mouvements djihadistes requérant l’anonymat.

Ces menaces de raids doivent être considérées comme étant réelles. Il ne faut pas attendre que les drames de Madrid, du Kenya ou de la Tanzanie se reproduisent, avant de réagir, prévient l’analyste espagnol, qui a étudié le profil du terroriste marocain à travers les réseaux sociaux.

Cet ex-mécanicien de Sebta, devenu terroriste adore flatter son ego sur les réseaux sociaux, en exposant fièrement ses crimes en Syrie. Hamdouch, alias "Abu Tasnim", 28 ans, n’hésite pas à s’afficher souriant sur des photos en brandissant des têtes de personnes décapitées.

Craintes au Maroc, mais aussi en Espagne

Aujourd’hui, le Maroc et l’Espagne craignent le retour de ces djihadistes originaires pour la plupart du nord du Royaume, principalement des villes de Tanger, Tétouan et Fnideq, mais aussi des présides occupés de Sebta et Melilla.

"La menace est réelle. Les autorités marocaines et espagnoles sont constamment sur leurs gardes, pour parer aux menaces terroristes qui pèsent sur leurs pays, d’autant plus que des cellules dormantes potentielles risquent d’être activées à n’importe quel moment dans ces régions...", conclut notre source.

Mohamed Hamdouch qui se targue d’être l’un des bras droits du chef de l’organisation terroriste Daech Abou Bakr Al Baghdadi, avait encore fait parler de lui il y a quelques mois, en offrant à son épouse une ceinture explosive en guise de dot.

Tags : Espagne - Terrorisme - Rabat - Ceuta (Sebta) - Fnideq

Aller plus loin

Face à la menace de Daech, les missions linguistiques au Maroc relèvent leur niveau de sécurité

Les missions étrangères au Maroc sont en alerte. Elles viennent de relever leur niveau de vigilance suite aux menaces grandissantes de l’organisation terroriste...

Daech promet des « attaques dévastatrices » au Maroc

La collaboration étroite des services de renseignements marocains avec leurs homologues en France et en Belgique a déplu aux responsables de l’organisation terroriste Daech qui...

Kokito : le Marocain « collectionneur de têtes » coupées

Le Marocain Mohamed Hamdouch, alias Kokito, fait la une de la presse mondiale et pas de la plus belle manière. Sur une vidéo publiée il y a quelques jours sur les sites web et...

Un avion contraint de faire demi-tour au Maroc en raison de la présence d’hommes arabes

Un appareil de la compagnie aérienne britannique EasyJet a été contraint de faire demi-tour au Maroc en raison de passagers inquiets. L’appareil allait décoller quand des dizaines...

Nous vous recommandons

Les joueurs marocains ont quitté Conakry grâce au roi Mohammed VI

Le roi Mohammed VI s’est investi personnellement dans le départ des Lions de l’Atlas, bloqués dimanche par le coup d’État militaire à Conakry. Ils devraient affronter ce lundi la Guinée dans un match comptant pour la 2ᵉ journée des éliminatoires de la Coupe...

Maroc : nouvelle flambée des prix des carburants

Au Maroc, les prix des différents carburants à la pompe ont flambé vendredi 4 février 2022. Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines à cause de la flambée des cours du Brent sur le marché...

Israël : la diaspora en Australie échange sur la normalisation des relations avec le Maroc

Les Israéliens de la diaspora australienne se sont retrouvés à Canberra pour mener des réflexions sur les nouvelles opportunités qu’offre la normalisation des relations entre le Maroc et leur pays, l’Israël. Une rencontre à laquelle a pris part l’ambassadeur...

Le détail de la situation économique du Maroc en 2020 (Rapport)

Le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, a présenté samedi au Roi Mohammed VI, le rapport annuel de la Banque Centrale sur la situation économique, monétaire et financière du royaume au titre de l’exercice 2020. L’année 2020 a été essentiellement...

Des vols de Transavia à destination du Maroc risquent d’être annulés

La compagnie aérienne Transavia pourrait annuler des vols vers le Maroc en raison d’une grève que projette le syndicat SNPNC-FO la semaine prochaine.

En difficulté, l’Algérie persiste à refuser la main tendue du Maroc

Alors que les flammes continuent de ravager le nord de l’Algérie, les autorités du voisin de l’Est refusent d’accepter la main tendue du roi Mohammed VI. Le politologue Kader Abderrahim, également directeur de recherches à l’Institut de prospective et de...

Le téléphérique de Tanger ne plait pas à tout le monde

Les membres de la société civile de Tanger sont vent debout contre le projet du téléphérique de la ville devant être mis en service en 2024. Ceci, pour plusieurs raisons.

Les frères Amrabat profitent de l’Opération Marhaba 2022

Les joueurs marocains Nordin et Sofyan Amrabat ont été aperçus tout sourire au port Tanger Med dans le cadre de l’opération Marhaba 2022, lancée le 5 juin dans plusieurs villes du Maroc.

L’actrice Fatima Khair se lance en politique

L’actrice marocaine Fatima Khair fait son entrée dans le monde de la politique. Elle est candidate aux élections législatives sur la liste du Rassemblement National des Indépendants (RNI), environ deux mois après avoir adhéré au parti que dirige Aziz...

Tensions Maroc-Algérie : réaction de Saâdeddine El Othmani

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani dit « regretter profondément » la décision de l’Algérie de rompre ses relations avec le Maroc. Toutefois, il affiche un certain optimisme concernant un retour à la normale des relations entre les deux...