Abou Walid Al-Sahraoui tué par l’armée française

16 septembre 2021 - 23h20 - Monde - Ecrit par : G.A

L’État islamique au Grand Sahara (EIGS) a perdu son chef. Adnan Abou Walid Al-Sahraoui a été tué lors d’une frappe de la force Barkhane. Alors que l’EIGS parle d’une perte énorme, Emmanuel Macron salue « un nouveau succès majeur dans le combat contre les groupes terroristes au Sahel ».

Encore un membre de l’EIGS tombé sous les tirs des forces françaises. Cette fois-ci ce n’est pas n’importe qui. « Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, le chef du groupe armé jihadiste EIGS et mercenaire du Polisario, a été neutralisé (« tué », selon l’Élysée) par l’armée française », a annoncé le président français sur Twitter, dans la nuit de mercredi 15 à jeudi 16 septembre. La ministre française des Armées, Florence Parly, a salué également sur le même réseau, « un coup décisif contre ce groupe terroriste ». Il y a environ trois mois, ce sont plusieurs cadres de haut rang du groupe qui ont été tués, dans le cadre d’une stratégie ayant ciblé les chefs et les cadres des organisations jihadistes.

À lire : Terrorisme au Sahel : la France ne peut compter que sur le Maroc

Adnan Abou Walid Al-Sahraoui est considéré comme l’auteur de la plupart des attaques enregistrées dans les zones frontalières du Mali, du Niger et au Burkina Faso. Il a revendiqué de nombreuses attaques comme celle ayant ciblé des soldats américains en 2017 à Tongo Tongo, dans le sud-ouest du Niger. Une attaque au cours de laquelle, quatre soldats américains des Forces spéciales et quatre Nigériens avaient été tués. Fin 2019, l’EIGS avait mené une série d’attaques contre des bases militaires au Mali et au Niger. Le 9 août 2020, au Niger, Adnan Abou Walid Al-Sahraoui avait personnellement ordonné l’assassinat de six travailleurs humanitaires français et de leurs guide et chauffeur nigériens.

À lire : Quid de l’impact des groupes djihadistes de la région du Sahel sur le Maroc ?

Suite à cette attaque qui a suscité émoi et consternation en France et au Niger, Emmanuel Macron a annoncé en juin une réduction de la présence militaire française au Sahel. En lieu et place, un dispositif a été mis sur pied pour mener des opérations de contre-terrorisme et l’accompagnement au combat des armées locales. « La Nation pense ce soir à tous ses héros morts pour la France au Sahel dans les opérations Serval et Barkhane, aux familles endeuillées, à tous ses blessés. Leur sacrifice n’est pas vain. Avec nos partenaires africains, européens et américains, nous poursuivrons ce combat », a ajouté le chef de l’État français dans un autre tweet.

À lire : Daech en Afrique : le Maroc appelle à une mutualisation des efforts

Adnan Abou Walid al-Sahraoui, était un membre du « Front Polisario » et de la mouvance jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Il avait été désigné comme « ennemi prioritaire » au Sahel, lors du sommet de Pau (sud-ouest de la France), en janvier 2020.

Sujets associés : Terrorisme - Polisario - Décès - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Quid de l’impact des groupes djihadistes de la région du Sahel sur le Maroc ?

Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) affirme que la menace terroriste continue de planer sur le Maroc en raison des manœuvres des...

Un activiste du Polisario, accusé de terrorisme, arrêté en Espagne

Un activiste du Polisario a été arrêté lundi, par la police espagnole. Il est accusé d’incitation au terrorisme contre les intérêts du Maroc en Espagne et à l’étranger.

Lutte contre le terrorisme : Human Rights Watch épingle la France

Le dernier bilan sur les droits de l’homme dans le monde publié par Human Rights Watch (HRW) fait état d’une violation flagrante de ces droits en France. Selon HRW, sous le...

Daech en Afrique : le Maroc appelle à une mutualisation des efforts

Le groupe « État islamique » constitue chaque jour davantage une grande menace pour les États africains. Lors de la réunion ministérielle du Groupe de la Coalition...

Ces articles devraient vous intéresser :

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi en deuil

Le chanteur marocain Abdellah El Daoudi vient d’annoncer une triste nouvelle dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Brahim Salaki : le monde de la télévision marocaine en deuil

Le journalisme marocain est en deuil avec la perte de Brahim Salaki, figure emblématique de la télévision nationale. Âgé de 64 ans, il a perdu sa longue bataille contre la maladie et s’est éteint ce dimanche 23 avril 2023.