Quid de l’impact des groupes djihadistes de la région du Sahel sur le Maroc ?

5 mars 2021 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) affirme que la menace terroriste continue de planer sur le Maroc en raison des manœuvres des groupes djihadistes de la région du Sahel. Ceux-ci n’ont cessé de recruter leurs adeptes en ligne.

Dans une déclaration à Reuters, Haboub Cherkaoui a affirmé que les groupes djihadistes de la région voisine du Sahel, qui recrutent et forment leurs adeptes en ligne représentent la plus grande menace terroriste du Maroc. Le royaume n’a connu qu’une seule attaque majeure au cours de la dernière décennie (le meurtre de deux touristes scandinaves en 2018), mais sa situation géographique « en fait une cible pour les groupes sahéliens », a-t-il dit, expliquant que la menace terroriste persiste tant qu’il y aura des groupes qui recrutent et forment leurs partisans en ligne, y compris l’État islamique dans le Grand Sahara.

Pour étayer son argumentaire, le patron du BCIJ a précisé que son institution créée en 2015 a réussi à démanteler des dizaines de cellules terroristes et interpeller plus d’un millier de djihadistes présumés. Des chiffres qui montrent la persistance du risque terroriste sur le Maroc. Ceci, depuis la montée en puissance de l’État islamique en Syrie et en Irak au cours de la dernière décennie avec comme conséquence une recrudescence de l’activité djihadiste, laquelle est en plein essor après la défaite de Daech dans son centre au Moyen-Orient.

« L’État islamique s’est recentré sur la région du Sahel et avec d’autres groupes djihadistes. Il a profité des frontières poreuses et des réseaux de trafiquants. Le Niger et le Mali ont tous les deux combattu des insurrections militantes tandis que la guerre civile en Libye a créé un espace où les groupes djihadistes ont pu opérer, a ajouté Haboub Cherkaoui, redoutant que les djihadistes marocains ayant rejoint l’État islamique au Moyen-Orient aient déménagé au Sahel.

Ils sont au nombre de 1645 ces Marocains partis en Syrie et en Irak pour rejoindre des groupes djihadistes. 745 d’entre eux sont morts dans des attentats suicides ou au combat. Parmi les survivants, 270 sont rentrés au Maroc et 137 ont été poursuivis, a indiqué le responsable, précisant que 288 femmes et 391 mineurs se sont également rendus dans les zones de conflit, suivant leur principal pourvoyeur de revenus.

Sujets associés : Terrorisme - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ)

Aller plus loin

210 cellules terroristes démantelées au Maroc depuis 2002

Dix-huit ans après les attentats de Casablanca (16 mai 2003) qui ont fait 45 morts et des dizaines de blessés, l’approche sécuritaire adoptée par le Maroc pour faire face aux...

Abou Walid Al-Sahraoui tué par l’armée française

L’État islamique au Grand Sahara (EIGS) a perdu son chef. Adnan Abou Walid Al-Sahraoui a été tué lors d’une frappe de la force Barkhane. Alors que l’EIGS parle d’une perte...

Haboub Cherkaoui : "le Sahel représente un grand défi sécuritaire pour le Maroc"

Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) affirme que "le Sahel représente un grand danger, et un grand défi sécuritaire pour le Maroc",...

Le Maroc accueille la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech

L’Afrique et les récentes attaques terroristes seront mercredi, au centre de la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech. Une rencontre qui se tient sur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.