Le Maroc s’inquiète de la montée du terrorisme au Sahel

17 avril 2022 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le terrorisme gagne du terrain au Sahel. Une situation inquiétante selon le Directeur du Bureau Central d’investigations judiciaires (BCIJ) Habboub Cherkaoui.

Dans une interview accordée à l’Agence EFE, le directeur du BCIJ, Habboub Cherkaoui, a indiqué que le Sahel est devenu un terrain fertile sur lequel « l’État islamique » prend du plaisir à étendre son activité de façon inquiétante. « Ce qui gêne et inquiète le plus le Maroc, actuellement, est la région du Sahel, qui est devenue un refuge sûr et fertile pour les réseaux terroristes […] et où l’EI s’est déplacé après sa défaite en Syrie et en Irak », a-t-il mis en garde.

À lire : Rupture Maroc-Algérie : « une source d’inquiétude pour la stabilité au Sahel »

Haboub Cherkaoui affirme que désormais, Daech s’est installé dans la bande sahélo-saharienne et agit en complicité avec d’autres groupes terroristes avec en bonus l’enrôlement des combattants des pays voisins. Dans une autre interview accordée à L’Opinion, le directeur du BCIJ avait déjà établi des liens entre les groupes terroristes actifs dans la région du Sahel et le Polisario qui, selon lui, est « devenu un pourvoyeur de combattants ».

À lire : Sahel : l’Espagne alerte sur l’augmentation des sahraouis dans les camps de Deach

Mais il n’y a pas que le terrorisme qui inquiète le Maroc au Sahel. Il y a aussi la prolifération des bandes criminelles organisées, actives dans la traite des êtres humains, l’immigration illégale, la contrebande et le trafic d’armes et de drogues. Selon Hbboub Cherkaoui, le retrait des troupes étrangères de la région a quelque peu renforcé la présence de ces groupes. Le Maroc se souvient encore du meurtre des camionneurs marocains en février 2021. Un incident qui a renforcé les craintes quant aux menaces qui pèsent sur les intérêts marocains.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Afrique - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) - Habboub Cherkaoui

Aller plus loin

Haboub Cherkaoui : "le Sahel représente un grand défi sécuritaire pour le Maroc"

Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) affirme que "le Sahel représente un grand danger, et un grand défi sécuritaire pour le Maroc",...

Quid de l’impact des groupes djihadistes de la région du Sahel sur le Maroc ?

Haboub Cherkaoui, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) affirme que la menace terroriste continue de planer sur le Maroc en raison des manœuvres des...

Terrorisme au Sahel : la France ne peut compter que sur le Maroc

Un chercheur-associé à l’institut Thomas More, estime que dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, le Maroc reste un atout de taille pour la France. Jean-Sylvestre...

Rupture Maroc-Algérie : « une source d’inquiétude pour la stabilité au Sahel »

Le journal Le Monde a consacré un éditorial à la rupture par l’Algérie de ses relations diplomatiques avec le Maroc. Le journal français y voit « une source d’inquiétude pour la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...