Un défilé d’Yves Saint Laurent en plein désert au Maroc scandalise

2 août 2022 - 22h40 - Culture - Ecrit par : S.A

Kering, groupe français possédant la marque de luxe Yves Saint-Laurent, a choqué les internautes après avoir organisé un défilé de mode dans le désert d’Agafay à une cinquantaine de kilomètres de Marrakech (Maroc).

Le défilé masculin Yves Saint-Laurent s’est bien déroulé dans le désert d’Agafay le 15 juillet dernier. Elle a connu la participation de plus de 300 journalistes, TikTokers et célébrités, dont Catherine Deneuve, Béatrice Dalle ou encore Finn Wolfhard (acteur de « Stranger Things » et égérie de la marque), arrivés par jets et vans. Mais l’installation a fait débat et a même choqué les internautes, rapporte Sud Ouest.

À lire : Maroc : la collection hommes 2023 d’Yves Saint-Laurent dans le désert d’Agafay

Construction d’une route de 6 kilomètres, érection des infrastructures hors normes (plusieurs bâtiments de 35 mètres de haut, un bâtiment régie technique, un salon VIP, tous recouverts de panneaux miroirs), construction d’une piscine remplie avec près de 500 m³, pour accueillir le catwalk, réalisation d’un anneau monumental et lumineux de 12 tonnes. Kering a mis de gros moyens pour l’organisation de ce défilé dans une région désertique.

Ce qui n’a pas manqué de faire réagir Cerveaux non disponibles, un espace consacré à l’actualité des luttes sociales et climatiques via des contenus. Il publie sur Twitter une vidéo sur ce défilé de 15 minutes qu’il qualifie de « défilé de la honte » en raison de son impact sur l’environnement. De son côté, Kering assure avoir organisé ce show hors norme dans le strict respect de « la stratégie développement durable pour 2025 » du groupe.

À lire : Yves Saint Laurent expose l’élégance de la femme marocaine à Marrakech

Selon Kering, les émissions de gaz à effet de serre ont été calculées et sont compensées par des projets de préservation des forêts ; l’équipement créé spécialement pour le défilé pourra être loué, réutilisé, recyclé ou donné à des associations locales ; l’eau de l’oasis (non potable) est destinée à irriguer les oliviers de la région d’Agafay.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Mode - Vidéos - Désert d’Agafay

Aller plus loin

Yves Saint Laurent expose l’élégance de la femme marocaine à Marrakech

"Étoffe des sens, Résonances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent", c’est l’exposition de deux géants de la mode et de la beauté dans le monde, qui s’intéressent au Maroc et à ses...

La nouvelle collection Mango aux couleurs marocaines (photos)

Mango, la marque espagnole spécialisée dans le prêt-à-porter, s’est inspirée du Maroc pour sa nouvelle collection masculine.

Maroc : la collection hommes 2023 d’Yves Saint-Laurent dans le désert d’Agafay

Après avoir présenté sa collection féminine printemps 2021 au Maroc, Yves Saint-Laurent est de retour pour sa nouvelle collection hommes 2023 dans le désert marocain.

Arabie saoudite : une créatrice de mode marocaine bouscule les codes… et crée la polémique

La créatrice de mode marocaine Yasmina Qanzal a fait sensation lors de la Fashion Week organisée sur les rives de la mer Rouge en Arabie saoudite.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le hijab sur les podiums, témoignage de Mariah Idrissi

La Londonienne d’origine pakistanaise et marocaine Mariah Idrissi, premier mannequin en hijab à prendre part à une campagne publicitaire, se dit persuadée que malgré certaines pressions, la mode pudique va continuer à se développer.

Hiba Abouk : Achraf Hakimi déjà oublié

En septembre, les lecteurs de l’un des magazines mensuels du monde anglophone les plus connus de la gent féminine vont découvrir l’actrice espagnole Hiba Abouk, ex-épouse d’Achraf Hakimi, plus belle que jamais, en couverture.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.