Démission de l’Istiqlal, le Roi Mohammed VI ne voulait pas s’immiscer

12 juillet 2013 - 20h33 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le Roi Mohammed VI n’aurait pas souhaité utiliser l’article 42 de la constitution pour arbitrer le différend entre les partis de l’Istiqlal et celui de la Justice et du Développement (PJD), formant coalition gouvernementale.

D’après des sources citées par le journal "Akhbar Al Yaoum", Hamid Chabat, le secrétaire général de l’Istiqlal, aurait reçu un appel de la part du Roi Mohammed VI, lui recommandant de prendre les décisions qu’il estimait adéquates.

"L’idée de recourir à l’article 42 de la constitution était une erreur politique que le Roi a bien relevée en refusant de s’impliquer dans ce conflit entre deux partis du gouvernement", note un cadre de l’Istiqlal interrogé par le journal. Les istiqlaliens ont donc été contraints d’utiliser l’article 47 pour présenter la démission des ministres de leur formation politique.

Mais pour que la démission soit vraiment effective, il faut d’abord que les ministres (Nizar Baraka, Fouad Douiri, Youssef Amrani, Abdelatif Maazouz, Abdessamad Kayouh et le récalcitrant Mohamed El Ouafa) adressent leur démission au Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, avant que celui-ci la présente au Roi Mohammed VI.

Le Chef de gouvernement n’aura donc d’autres choix que de trouver d’autres alliés pour former une nouvelle majorité. Le RNI serait disposé à entrer au gouvernement s’il obtient le même nombre de ministères que l’Istiqlal. Conscients de leur popularité, d’autres voix au sein du PJD, réclament des élections législatives anticipées.

Article 42 :
Le Roi, Chef de l’Etat, son Représentant suprême, Symbole de l’unité de la Nation, Garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat et Arbitre suprême entre ses institutions, veille au respect de la Constitution, au bon fonctionnement des institutions constitutionnelles...

Article 47 :
Le Roi nomme le Chef du Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants, et au vu de leurs résultats. Sur proposition du Chef du Gouvernement, Il nomme les membres du gouvernement. Le Roi peut, à Son initiative, et après consultation du Chef du Gouvernement, mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement. Le Chef du Gouvernement peut demander au Roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement.

Le Chef du Gouvernement peut demander au Roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement du fait de leur démission individuelle ou collective. A la suite de la démission du Chef du Gouvernement, le Roi met fin aux fonctions de l’ensemble du gouvernement. Le gouvernement démissionnaire expédie les affaires courantes jusqu’à la constitution du nouveau gouvernement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mohammed VI - Partis politiques - Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Abdelilah Benkirane - Hamid Chabat - Gouvernement marocain

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Mohammed VI, marque déposée

Le roi Mohammed VI tente de mettre définitivement fin aux tentatives d’usurpation de titre et/ou fraude. Son nom devient une marque déposée.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : des GPS pour traquer les voitures des fonctionnaires

Au Maroc, une ONG appelle à l’installation d’antennes GPS sur les véhicules de service affectés à certains fonctionnaires afin d’éviter leur utilisation à des fins privées.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : 40 milliards de dollars pour changer le visage du transport

Le Maroc s’apprête à mettre en œuvre la vision stratégique lancée par le roi Mohammed VI, afin de « placer le pays sur la voie d’un développement économique et social durable et global ».

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre dans les secteurs de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et...

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.