La déradicalisation des prisonniers marocains, l’autre chemin vers la liberté

17 octobre 2021 - 13h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Lancé en 2015 et dirigé par la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), le programme de déradicalisation dénommé Moussalaha (“Réconciliation”) a permis la libération de nombreux détenus pour des affaires liées au terrorisme.

Saleh, 50 ans, figure parmi les bénéficiaires du programme Moussalaha. Accusé de terrorisme, il est en prison depuis 19 ans et espère être bientôt libéré. Cet ancien radicalisé avait une autre perception de la religion musulmane. « Je croyais que les musulmans avaient le devoir de combattre les dirigeants oppresseurs qui n’appliquent pas la loi islamique et d’attaquer les États qui combattent les musulmans », a-t-il déclaré à l’AFP dans la bibliothèque de la prison de Kénitra.

À lire : Maroc : un terroriste repenti pour "déradicaliser" les jeunes (vidéo)

Saleh s’est radicalisé en Italie dans les années 1990 après avoir fait la connaissance d’un imam dans une mosquée de Turin qui appartenait à la Jamaa Islamiya, le groupe djihadiste égyptien qui a assassiné le président Anwar Sadate en 1981. Par la suite, il s’est installé avec sa famille en Afghanistan sous le régime taliban. Mais les attentats du 11 septembre aux États-Unis l’ont contraint à changer ses plans. À l’époque, les États-Unis menaçaient de renverser les talibans, ce qu’ils avaient réussi. Saleh s’enfuit alors au Maroc où il a été arrêté. Il assure n’avoir pas de sang sur les mains, mais il est incarcéré depuis 19 ans.

Mohamed Damir, 47 ans, un autre bénéficiaire du programme, a retrouvé la liberté en 2017. En 2003, il avait été condamné à mort. En 2011, sa peine a été commuée en 30 ans de prison. Une partie de sa rééducation a consisté à lire les œuvres des philosophes Jean-Jacques Rousseau et Voltaire, dont certaines idées « ne sont pas loin de l’esprit de l’Islam ». « J’ai découvert le concept du contrat social, qui permet à chacun de vivre en paix, car nous sommes évidemment tous différents », a-t-il déclaré. Selon lui, de nombreuses personnes radicalisées « ne réalisent qu’elles doivent abandonner leurs idées extrémistes qu’une fois qu’elles se retrouvent seules » dans une cellule de prison.

À lire : Vidéo : comment déradicaliser les jeunes ?

Depuis sa sortie de prison, Mohamed participe à l’animation d’une association d’érudits islamiques dans la ville de Mohammedia qui supervise l’aspect religieux de Moussalaha. Son travail consiste à guider les détenus tout au long du programme. « Ce n’est pas toujours facile. […] La plupart d’entre eux ne connaissent pas grand-chose à la religion islamique », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il utilise des textes religieux pour changer leur point de vue. « J’essaie de les persuader qu’ils ne gagneront pas la faveur de Dieu en suivant le chemin (de la violence)  », ajoute cet ex-détenu.

Sujets associés : Terrorisme - Prison - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR)

Aller plus loin

Le Maroc cherche à éviter la surpopulation carcérale

Face au surpeuplement des établissements pénitentiaires marocains, le gouvernement veut réduire le recours excessif à la détention préventive. Un projet de loi a été initié à...

Vidéo : comment déradicaliser les jeunes ?

Comment déradicaliser certains jeunes tentés par le djihad. Beaucoup ont tenté, mais le comédien bruxellois Zaki Chairi a trouvé la bonne méthode. Méthodes infaillibles qui ont...

Un « centre de déradicalisation » ouvert par Latifa Ibn Ziaten

Un « centre de déradicalisation » a été lancé à Garges-les-Gonesse (Val-d’Oise) par Latifa Ibn Ziaten. « La Maison Imad » a pour ambition d’accueillir les parents et les enfants...

Maroc : un terroriste repenti pour "déradicaliser" les jeunes (vidéo)

La chaîne belge RTL-TVi continue ses reportages au Maroc. Cette fois ci, elle est partie à la rencontre d’Abderrazak Soumah, un ancien « terroriste » qui a décidé de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...