Le difficile équilibre du Maroc dans la guerre Russie-Ukraine

25 février 2023 - 21h10 - Monde - Ecrit par : P. A

Le Maroc essaie de maintenir une position neutre dans le conflit russo-ukrainien. Le royaume est partagé entre soutenir ses amis de l’Europe qui condamnent cette guerre, ou la Russie, un allié traditionnel dans le conflit au Sahara.

Le Maroc a changé sa position sur les résolutions de l’ONU concernant la Russie. Alors qu’il n’avait pas participé le 2 mars 2022 au vote des sanctions contre ce pays qui avait attaqué l’Ukraine, il a voté jeudi, avec 140 autres pays, en faveur du retrait russe du territoire ukrainien. Le ministère marocain des Affaires étrangères avait déclaré suivre « avec inquiétude » l’évolution de cette « situation » qu’il qualifiait « d’escalade militaire ». Le 24 mars, le royaume n’a pas non plus voté une résolution demandant à la Russie de cesser les attaques, rappelle EFE.

À lire : Sahara : la Russie lance un appel au Maroc et au Polisario

La réaction de l’Ukraine ne s’est pas fait attendre. Le président Volodimir Zelensky a rappelé le 2 avril son ambassadeur à Rabat, ce qui a amené le Maroc à voter en octobre en faveur d’une résolution condamnant l’annexion russe de quatre régions ukrainiennes. Ce même mois, l’Ukraine a nommé un nouvel ambassadeur à Rabat, qui n’a pas encore présenté ses lettres de créance. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, ou le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ont condamné l’invasion russe en Ukraine lors de leurs récents déplacements à Rabat, au moment où leurs homologues marocains ont préféré ne pas se prononcer sur le sujet.

Pour l’historien Bernabé López, cette position changeante du Maroc est due au soutien de la Russie en sa faveur dans le conflit au Sahara. « La Russie a toujours été un soutien au Maroc. C’est pourquoi il ne veut pas se fâcher avec elle », explique López, qui rappelle que Moscou a le droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a échangé en février avec l’ambassadeur du Maroc à Moscou, après une tournée dans la région nord-africaine qui n’a pas inclus le Maroc. Le Sahara était au cœur de leurs discussions, ont indiqué des sources locales marocaines.

À lire : Sanctions contre la Russie : le Maroc maintient sa position à l’ONU

« Le Maroc utilise la crise ukrainienne pour faire pression sur les puissances occidentales afin qu’elles adoptent une position plus claire sur le Sahara et soutiennent son initiative d’autonomie », estime pour sa part, Saïd Saddiki, analyste à l’Institut marocain d’analyse politique (MIPA), ajoutant que le Maroc « devra revoir sa position » si la crise perdure. Dans un tel contexte, il serait « difficile » pour le Maroc de maintenir cette neutralité et de continuer à « jouer à un jeu d’équilibre », précise Lopez. Et à Saddiki de conclure que le Maroc « veut rester au milieu ; il ne veut pas fâcher les Russes ni l’Ukraine. C’est difficile, mais il l’a fait jusqu’à présent ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Diplomatie - Sahara Marocain - Ukraine

Aller plus loin

Sahara : la Russie lance un appel au Maroc et au Polisario

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, la Russie appelle le Maroc et le Polisario à dialogue direct pour régler le conflit du Sahara.

Des révélations sur les armes livrées par le Maroc à l’Ukraine

Alors que la présumée livraison par le Maroc de 20 chars de conception soviétique à l’Ukraine qui est en guerre contre la Russie depuis bientôt un an a surpris plus d’un, des...

Le Maroc dégringole dans le classement des principaux fournisseurs de la Russie

Les exportations marocaines en fruits et légumes vers la Fédération de Russie ont baissé au point que le Maroc est totalement sorti du top 15 des exportateurs vers le pays de...

Sanctions contre la Russie : le Maroc maintient sa position à l’ONU

Le Maroc garde toujours sa position de neutralité à l’ONU dans le conflit russo-ukrainien. Jeudi, le royaume était absent au vote qui a suspendu l’adhésion de la Russie au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Le mystère de la lettre de Pedro Sánchez au roi Mohammed VI

Le gouvernement espagnol continue de refuser de divulguer le contenu de la lettre envoyée par Pedro Sánchez au roi Mohamed VI, le 14 mars 2022. Cette lettre est considérée comme le « secret mieux gardé de la politique espagnole », s’étonne un journal...

Élections en Espagne : la droite remettra-t-elle en cause la marocanité du Sahara ?

Au lendemain de la débâcle électorale de son parti, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, vient d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour le 23 juillet. Ces élections pourraient voir l’arrivée du Parti populaire (PP) et la remise...

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.