Économie : Mezouar défend l’exception marocaine

24 septembre 2008 - 00h42 - Economie - Ecrit par : L.A

Une économie qui investit est une économie qui va bien. C’est l’idée qu’a défendue Salaheddine Mezouar, ministre des Finances et de l’Economie, au conseil de gouvernement du jeudi 18 septembre 2008. Les chiffres sont là pour réconforter cette thèse. Le montant total des investissements approuvés par la Commission interministérielle compétente s’élève à 16,1 milliards de DH. Au total, ce sont quelque 23 projets qui ont été validés. Précisons que seuls les projets dont le montant dépasse 200 millions de DH sont traités au niveau de cette commission.

Autre indicateur du bon comportement de l’effort d’investissement, « la progression des importations de biens d’équipement industriel », argue Mezouar. Le creusement du déficit commercial est néanmoins le revers de la médaille. Ainsi, « la Formation brute du capital fixe (FBCF) a augmenté de 12% portant le taux d’investissement à 32% en 2008 », ajoute le ministre.

La liste des bons points ne s’arrête pas là. Pour Mezouar, le fait que le système financier marocain soit encore aujourd’hui épargné par les répercussions de la crise mondiale des subprimes est un autre indicateur. Figure aussi sur la liste l’embellie soutenue de la demande interne en dépit de la hausse internationale des matières premières. C’est justement cette demande qui tire la croissance vers le haut profitant néanmoins d’une campagne agricole meilleure que la précédente. Sur ce registre, Mezouar persiste et signe : « La croissance pour 2008 sera de 6,8% en totale conformité avec la loi de Finances ».

El la Bourse ? « Sa baisse, notamment au cours des deux premiers jours de la semaine passée, ne reflète en aucun cas les fondamentaux de notre économie », insiste Mezouar. Ce dernier a consacré une partie considérable de son exposé à cette question. « Cette baisse ne peut non plus être attribuée à une quelconque contagion des perturbations que connaissent les grandes Bourses mondiales », explique-t-il en martelant que « les fondamentaux de l’économie marocaine comme ceux des entreprises cotées en Bourse sont bons et solides ». En effet, ces entreprises ont enregistré un bénéfice net en progression de 30% en 2007. En 2008, la progression anticipée est de l’ordre de 20%.

De plus, explique le ministre des Finances, « la place casablancaise a connu des corrections plus fortes en mai 2007 et mai 2006 avec respectivement 16,5 et 19% de baisse ». « Un marché qui ne fait qu’augmenter n’est pas forcément un marché sain », affirme-t-il. La correction intervenue récemment n’est pas non plus due à un retrait massif des capitaux non résidents. « A fin décembre 2007, le flottant détenu par ces derniers ne représentait que 1,8% de la capitalisation boursière ».

Selon Mezouar, « la Bourse de Casablanca finira l’année en beauté avec une augmentation de 10 à 15% ».

Source : L’Economiste - Nabil Taoufik

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bourse - Politique économique - Salaheddine Mezouar - Crise économique - Ministère de l’Economie et des Finances

Ces articles devraient vous intéresser :

La force économique des MRE se reflète à la Bourse de Casablanca

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) et les investisseurs étrangers détiennent à, eux seuls, plus du quart de la capitalisation boursière de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC).

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Flexibilité du dirham : le Maroc franchit une nouvelle étape

Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances, salue la réforme en cours du régime de change marocain, affirmant qu’une étape importante est en train d’être franchie pour améliorer la flexibilité du dirham.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le dirham marocain prend de la valeur face à l’euro et le dollar

La devise marocaine s’est appréciée de 0,24 % vis-à-vis de l’euro et de 0,9 % face au dollar américain durant la période du 23 au 29 novembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : la réforme des retraites divise

La réforme des retraites donne du fil à retordre à l’Exécutif marocain. De leur côté, les syndicats s’inquiètent de sa mise œuvre dans un contexte économique marqué par l’inflation, exprimant des craintes quant à l’avenir des retraités.

Maroc : l’aide à l’achat de logement bientôt effective

Le ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa, a annoncé la mise en place prochaine d’un dispositif d’aides directes au logement pour les primo-acquéreurs.