L’Espagne affectée par la rupture des relations Maroc-Algérie ?

26 août 2021 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

La décision de l’Algérie de « rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc » fait craindre à l’Espagne une remise en cause du dialogue engagé avec le royaume en vue de la reprise des relations diplomatiques.

La décision rendue publique par Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères algérien, lors d’un point de presse mardi, ne surprend pas l’Espagne, indiquent à El Español des sources officielles du ministère espagnol des Affaires étrangères, ajoutant que cette rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie ne devrait en aucun cas affecter l’Espagne. La rupture n’a donc pas été une surprise parce que le 18 août, l’Algérie avait déjà décidé de « revoir » ses relations avec le Maroc en raison d’« actes d’hostilité ». Le pays d’Abdelmadjid Tebboune accuse le Maroc d’être impliqué dans les incendies en Kabylie, ayant entraîné la mort de plusieurs Algériens. Il reproche aussi au Maroc de l’avoir espionné via le logiciel israélien Pegasus.

A lire : L’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc

Dans son discours à l’occasion de la Fête du Trône le 20 août, le roi Mohammed VI a tenté d’apaiser les tensions, appelant à privilégier « la logique du bon sens et les intérêts supérieurs » du Maroc et de l’Algérie afin de surmonter cette crise «  dans laquelle les énergies de nos deux pays sont gaspillées ». Sauf que l’appel du monarque est resté sans réponse, la question de la souveraineté du Sahara étant la principale cause des désaccords. Le président Tebboune n’a donc pas accepté la main tendue de Mohammed VI.

Au-delà de l’effet surprise, la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc affecte l’Espagne qui vient de renouer le dialogue avec le Maroc après quatre mois de crise diplomatique ouverte après l’accueil de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, en provenance de l’Algérie, dans un hôpital de Logroño. Mieux, les trois pays ont signé plusieurs accords en matière migratoire, sécuritaire et commerciale. Le Maroc est la première destination des investissements espagnols sur le continent africain et l’Algérie fournit du gaz à l’Espagne.

A lire : Maroc-Espagne : les relations reprennent sur de nouvelles bases

De son côté, le Maroc a pris acte de cette « décision unilatérale des autorités algériennes de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc à compter de ce jour (mardi) ». Dans un bref communiqué de son ministère des Affaires étrangères, il a regretté la réaction « injustifiée mais attendue » de l’Algérie et « les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent ». « Le Maroc continuera d’être un partenaire crédible et loyal du peuple algérien et continuera d’agir, avec sagesse et responsabilité, pour le développement d’une communauté régionale saine et fructueuse », a conclu le communiqué.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Algérie - Diplomatie

Aller plus loin

Maroc-Espagne : rencontre manquée entre Bourita et Albares

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, n’a pas effectué le déplacement à Barcelone pour prendre part au forum ministériel de l’Union pour la Méditerranée...

L’Espagne prête à discuter du Sahara, Melilla et Sebta

La reprise des relations entre l’Espagne et le Maroc est en bonne voie depuis l’arrivée de José Manuel Albares à la tête du ministère espagnol des Affaires étrangères. Le...

Vers une rupture des relations entre le Maroc et l’Algérie ?

Des rumeurs circulent sur une rupture imminente de l’axe Rabat-Alger. Les autorités algériennes auraient décidé de «  rompre dans les prochaines heures  » leurs relations...

L’approvisionnement de l’Espagne en gaz « est garanti », malgré la crise Maroc-Algérie

Le ministre des Affaires étrangères espagnol, José Manuel Albares, a assuré lundi que l’approvisionnement en gaz de son pays « est garanti » malgré la rupture des relations...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.