Espagne : condamnés pour avoir introduit des chiens ayant attrapé la rage au Maroc

4 octobre 2022 - 21h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le tribunal pénal de Tolède a condamné à dix mois de prison un couple pour avoir introduit en Espagne depuis le Maroc en 2013 un chien atteint de la rage qui a mordu plusieurs personnes dont des mineures.

En plus de la peine privative de liberté pour un crime de blessures dû à une négligence grave, le couple a été condamné à verser 30 000 euros à titre de dommages-intérêts aux personnes agressées par le chien enragé. Le tribunal leur reproche d’avoir fait entrer l’animal en Espagne en violation des exigences sanitaires. Le chien a mordu ses victimes dont des enfants au visage, leur laissant des séquelles après les interventions chirurgicales subies.

Le couple s’était rendu au Maroc avec trois chiens en décembre 2012. En février 2013, ils ont tenté de retourner en Espagne, mais ont été bloqués à la douane, faute de passeports vétérinaires, de carnets de vaccination et de certificats sérologiques antirabiques exigés à tous les chiens en provenance du Maroc. « Les accusés, plutôt que de se conformer aux exigences sanitaires, ont préféré contourner les contrôles aux frontières en entrant en Espagne via Sebta le 12 avril 2013 », rappellent les juges.

À lire : L’Espagne exposée à un risque élevé d’épidémie de rage en provenance du Maroc

Le tribunal estime que le fait « qu’ils aient été autorisés à franchir la frontière sans certificats sérologiques, soit par tromperie, ruse ou négligence, ne les exonère pas de leur responsabilité, puisqu’ils étaient pleinement conscients des risques. L’imprudence n’est pas commise par des fonctionnaires négligents ou trompés, mais par le propriétaire de l’animal, sachant qu’il ne respecte pas une réglementation sanitaire dont il a été expressément averti ».

Pour toutes ces raisons, le tribunal conclut qu’il est en présence d’un cas de négligence grave. Car, rappelle-t-il, « tout propriétaire d’un chien « connaît parfaitement le risque grave que la maladie de la rage fait courir aux personnes, à l’animal lui-même et aux autres animaux ».

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Santé

Aller plus loin

L’Espagne exposée à un risque élevé d’épidémie de rage en provenance du Maroc

L’Espagne présente un risque « élevé » d’épidémie de la rage en raison du « faible taux de vaccination » des chiens. C’est ce que révèle un rapport épidémiologique sur la rage...

Un chiot importé illégalement du Maroc atteint de rage dans le Var

Le Laboratoire national de référence de la rage de Nancy a confirmé dans le Var un cas de rage chez un chiot importé illégalement du Maroc, où la rage est endémique et très...

Un cas de rage en provenance du Maroc détecté à Melilla

Les autorités sanitaires de Melilla ont diagnostiqué la rage chez un chien marocain qui présentait des symptômes de la maladie avant son décès. Il est entré dans la ville le 26...

Un nouveau cas de rage en provenance du Maroc détecté à Melilla

L’Organisation mondiale de la santé animale a annoncé le 15 juin la présence d’un chien marocain atteint de la rage à Melilla.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.