La France organise des « États généraux de la laïcité »

18 avril 2021 - 16h00 - France - Ecrit par : S.A

La France va lancer des « États généraux de la laïcité » mardi 20 avril 2021, qui aboutiront à une « grande consultation auprès de 50 000 jeunes ». Cette annonce a été faite par Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté.

Dans une interview au Journal du Dimanche, Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté a annoncé que les « États généraux de la laïcité » vont être lancés au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Paris, « avec une conférence de haut niveau entre des intellectuels de toutes les sensibilités. Les assises connaîtront la participation de l’académicienne Barbara Cassin, de l’essayiste Caroline Fourest ou encore du philosophe Gaspard Koenig.

Marlène Schiappa a fait savoir que « des tables rondes et des groupes de travail sur la liberté d’expression, la recherche, la jeunesse, l’intégration citoyenne » seront organisées jusqu’à l’été. Elle dit donner aussi « carte blanche » à des associations et à des syndicats. « J’invite tout le monde à y participer », a-t-elle ajouté.

Elle a par ailleurs annoncé le lancement d’une « grande consultation avec Make.org » « auprès de 50 000 jeunes ». Son souhait, c’est que l’ensemble des échanges soit « l’occasion de nous rassembler autour de la laïcité à la française ». « 76 % des Français veulent que la laïcité soit plus défendue. L’application du projet de loi confortant le respect des principes de la République que nous portons avec Gérald Darmanin, le permettra », a assuré Marlène Schiappa. Selon elle, « c’est un sujet de passion » et il est question d’en parler ensemble et de s’écouter surtout, en ce moment où une rude bataille se livre autour du devenir de l’Observatoire de la laïcité.

« La laïcité n’est en aucun cas une arme de répression contre les religions. […] Nous voulons justement sortir de la tenaille entre d’un côté les identitaires d’extrême droite et de l’autre les indigénistes et Europe Écologie-Les Verts. J’invite chacun à prendre la parole dans le cadre des États généraux », a conclu la ministre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Jeunesse

Aller plus loin

Chems-Eddine Hafiz vante la laïcité à la française

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz, également vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), affirme que la laïcité est une chance...

Jean-Luc Mélenchon : En France, « il y a une haine des musulmans déguisée en laïcité »

Le député Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle de 2022, dénonce l’existence d’une «  haine des musulmans déguisée en laïcité  » en France.

France : Marlène Schiappa sonne la fin de l’Observatoire de la laïcité

La ministre française chargée de la Citoyenneté était appelée à se prononcer sur la survie ou non de l’Observatoire de la laïcité. Devant le Sénat, Marlène Schiappa a annoncé...

« La laïcité n’est pas contre les musulmans », assure François Hollande

L’ex-président de la République française, François Hollande réagit au débat sur le projet de loi «  confortant le respect des principes de la République  ». Il affirme que la...

Ces articles devraient vous intéresser :

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.